IRSST - Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

InfoLABO

Communiqués, avis et recommandations de la Direction des laboratoires de l'IRSST.

Analyse de l’éthylbenzène et des xylènes au laboratoire de l’IRSST

Mise en contexte

Selon le site internet de Service du répertoire toxicologique de la CSST : « Le xylène commercial est un mélange qui contient des pourcentages variables d'isomères du xylène (ortho-xylène, méta-xylène, et para-xylène), d'éthylbenzène et de certaines impuretés (exemple : triméthylbenzène, phénol, thiophène, pyridine, toluène, pseudocumène, benzène, hydrocarbures non aromatiques). Le m-xylène est toujours l'isomère le plus abondant. La proportion des différents constituants dépend de la provenance du xylène. À titre d'exemple, le xylène provenant du pétrole par le procédé de reformage catalytique a la composition type suivante : 25 %  d'ortho-xylène, 40 % de méta-xylène, 20 % de para-xylène et 15 % d'éthylbenzène; le xylène provenant du pétrole via l'essence de craquage est de composition typique suivante : 17 % d'ortho-xylène, 23 % de para-xylène, 37 % de méta-xylène, et 23 % d'éthylbenzène. ».

En savoir plus

Du nouveau à propos des isocyanates - Nouveau guide maintenant en ligne

Dans le cadre d’une activité de recherche de l’IRSST, le Guide d'utilisation sécuritaire des isocyanates a été mis à jour et la nouvelle version est désormais disponible sur le site internet de l’Institut.  Le Guide de prévention pour une utilisation sécuritaire des isocyanates – Démarche d’hygiène du travail s’adresse aux employeurs et aux travailleurs québécois ainsi qu’aux différents intervenants en santé et en sécurité du travail. Les utilisateurs des services de laboratoire de l’IRSST y trouveront leur compte, notamment grâce aux notions d’anticipation, d’identification et d’évaluation de l’exposition aux isocyanates qui sont présentées dans le Guide.

En savoir plus

Échantillonnage et analyse des métaux en fraction inhalable

Un nouveau service d’analyse des métaux en fraction inhalable est disponible au laboratoire de l’IRSST. Les métaux pouvant être déterminés sont les mêmes que ceux prélevés en poussières totales, c’est-à-dire sur cassette fermée (25 ou 37 mm), et analysés selon la méthode IRSST 362 ou, pour le béryllium, la méthode IRSST 359. Rappelons que la fraction inhalable des poussières aéroportées est décrite dans la section 2.3 Aérosols du Guide d’échantillonnage des contaminants de l’air en milieu de travail de l’IRSST. Le prélèvement s’effectue avec un échantillonneur IOM (Institute of Occupational Medecine) et la détermination des métaux est effectuée par ICP-MS (Inductively Coupled Plasma Mass Spectrometry).

En savoir plus

Comparaison des résultats d’analyses provenant des laboratoires de l’IRSST avec les valeurs d’exposition admissibles (VEA) du RSST - le cas des métaux

D'abord, il est important de bien comprendre que le nom de la substance tel que retrouvé dans l'annexe 1 du RSST peut faire référence à deux notions distinctes, soit l'appellation et l'expression. Ainsi « Aluminium, fumées de soudage» (exprimée en Al) fait appel à tous les composés d'aluminium qui pourraient se retrouver dans les fumées de soudage et la valeur de la VEA est exprimée en Al. Le résultat d'analyse fourni par le laboratoire étant exprimé en Aluminium total, le résultat est directement comparable à la VEA.

En savoir plus

Détermination de l’hémoglobine et de la carboxyhémoglobine

Les expositions au plomb mènent à des intoxications aiguës ou chroniques dont la maladie reconnue est le saturnisme. La surveillance biologique des travailleurs est couramment réalisée à partir de mesures de plomb sanguin. Il est connu que le saturnisme peut se diagnostiquer de différentes façons mesurable ou non mesurable en laboratoire. Des symptômes tels que nausée, maux de tête, perte d'appétit, douleur, insomnie, irritabilité sont quelques exemples de conséquences non mesurables en laboratoire associées au saturnisme. À ces exemples s'ajoute l'anémie, avec la particularité de pouvoir être déterminée en laboratoire lors du dosage de niveaux d'hémoglobine dans le sang par CO-oxymétrie. Les conséquences d'une exposition au plomb peuvent donc être directement suivies à partir d'une telle mesure.

En savoir plus

Influence de l’exposition à des solvants multiples et à des éléments extérieurs au milieu de travail sur les paramètres de surveillance biologique

Les travailleurs sont exposés généralement à des mélanges de substances et plus rarement à une substance seule. L'exposition à des mélanges peut survenir de façon simultanée ou séparée dans le milieu de travail et même à l'extérieur du milieu de travail. Selon les substances en cause dans le mélange, différentes interactions toxicologiques sont susceptibles de survenir et d'influencer les biomarqueurs utilisés en surveillance biologique. Les solvants sont un des principaux types de substances retrouvés en milieu de travail faisant l'objet de surveillance biologique. Les interactions que peuvent avoir différents solvants entre eux sont complexes, souvent difficiles à prédire et peuvent aussi agir sur plusieurs aspects. Les prochains paragraphes décriront plus en détail les effets et impacts toxicologiques d'une exposition multiple aux solvants ou à des substances influençant la toxicité des solvants tels que certains produits de consommation domestique et certaines variables corporelles.

En savoir plus

Date d’expiration et durée de vie du matériel d’échantillonnage

La Direction des laboratoires a la responsabilité de fournir le matériel d'échantillonnage à sa clientèle. Ce matériel est composé généralement de dispositifs commercialement disponibles exigeant parfois un montage et un contrôle-qualité au laboratoire préalables à l'envoi aux utilisateurs sur le terrain. Afin d'améliorer la qualité de l'utilisation du matériel ainsi que dans un souci d'éviter le gaspillage, le laboratoire inclut une date d'expiration sur l'étiquette du matériel d'échantillonnage.

En savoir plus

Explications concernant quelques remarques inscrites sur les rapports d’analyses de métaux

« Mise en solution incomplète pour l'échantillon (ou tous les échantillons) » :

Cette remarque est inscrite au rapport d'analyse environnementale lorsque le processus de mise en solution des échantillons utilisant plusieurs acides n'a pas réussi à solubiliser toutes les poussières de l'échantillon. Quoique testé et validé pour la plupart des composés métalliques retrouvés en hygiène industrielle, le mélange d'acides utilisé ne permet pas, par exemple, la mise en solution des composés formés de silice, ce qui n'est toutefois pas recherché par ce type d'analyse.

En savoir plus

Tubes adsorbants à 2 sections… Mieux comprendre le rapport d’analyse

Vous avez reçu un rapport d’analyse d’échantillons prélevés à l’aide de tube adsorbant avec la remarque « L’échantillon # 90XXXXXX semble avoir été prélevé dans le mauvais sens». Voici quelques informations pour vous aider à mieux comprendre.

En savoir plus

Échantillonnage et analyse des poussières inhalables

Le service d’analyse des poussières de fraction inhalable est désormais disponible au laboratoire de l’IRSST. L’échantillonnage s’effectue avec un échantillonneur IOM* qui prélève la fraction inhalable des poussières aéroportées telle que décrite dans la section 2.3 Aérosols du Guide d’échantillonnage des contaminants de l’air en milieu de travail de l’IRSST. Cet échantillonneur consiste en une tête d’échantillonnage de plastique noir dans laquelle est insérée une cassette en acier inoxydable contenant un filtre de CPV de 25 mm de diamètre.

En savoir plus

Page 4 sur 6Première   Précédente   1  2  3  [4]  5  6  Suivant   Dernière   
Recevez l'InfoLABO dans votre courriel

Recevez les communications de la Direction des laboratoires directement dans votre courriel.

Je m'inscris