IRSST - Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

Environnement

InfoLABO

Communiqués, avis et recommandations de la Direction des laboratoires de l'IRSST.

Mesure de l'exposition professionnelle à la silice cristalline

Introduction

La silice (SiO2) peut exister sous forme cristalline ou sous forme amorphe. Lorsque la silice est cristalline, elle peut se présenter sous plusieurs formes (polymorphes : même formule chimique mais structure cristalline différente). Le quartz (#CAS : 14808-60-7), la forme cristalline la plus abondante naturellement, se retrouve dans différents procédés miniers. Il est largement utilisé en industrie en raison de ses propriétés physico-chimiques intéressantes. Plusieurs milliers de travailleurs québécois sont potentiellement exposés au quartz dans différents domaines d'activités: les mines, les carrières et sablières, le traitement des minerais, le creusage de tunnel, la coupe de pierre et le polissage, la maçonnerie, les fonderies, le sablage au jet, les abrasifs, la céramique, les manufactures de verre et les pigments. La cristobalite (#CAS : 14464-46-1), quoique relativement rare naturellement et industriellement, est la deuxième forme de silice cristalline la plus rencontrée. Elle provient, par exemple, de l'altération à la chaleur des fibres réfractaires céramiques. La tridymite (#CAS : 15468-32-3), le troisième polymorphe réglementé de la silice cristalline, est pratiquement inexistante à l'état naturel et très peu ou pas documentée dans la littérature qui traite d'hygiène industrielle.

En savoir plus

Les gaz de combustion des moteurs à combustion interne alimentée au propane

Problématique

La première étude réalisée par l'IRSST 1,2 sur les gaz de combustion générés par les moteurs à combustion interne alimentée au propane recommandait d'abaisser la concentration d'oxyde de carbone (CO) dans les émissions sous 1 % 2. Compte tenu de facteurs multiples (ventilation, nature des tâches et habitudes de travail, gestion du parc de véhicules et du programme d'entretien préventif), ce contrôle n'a pas permis une réduction significative de la contamination en CO des aires de travail. Dès lors, l'abaissement des émissions de CO sous le seuil de 0,3 % était suggéré. Compte tenu de l'expérience acquise dans le cas des surfaceuses au propane, une évaluation de l'impact d'un tel abaissement sur les émissions en oxydes d'azote était nécessaire.

En savoir plus

Les variations de masse de mon filtre témoin... et alors ?

Il arrive fréquemment lors de l'évaluation de la concentration pondérale des poussières que les intervenants en santé et sécurité du travail soient confrontés à des variations plus ou moins importantes du poids du "fameux" filtre-témoin. Comment ces variations doivent-elles être interprétées en regard de la validité des résultats des échantillons? Les résultats sont-ils valables? À cette question simple, la réponse est plutôt du type oui ... non ... peut-être! La réponse dépend à la fois des circonstances de l'échantillonnage, du résultat obtenu et des niveaux d'intervention. Pour en savoir plus, cliquez ici.

En savoir plus

Page 4 sur 4Première   Précédente   1  2  3  [4]  Suivant   Dernière   
Recevez l'InfoLABO dans votre courriel

Recevez les communications de la Direction des laboratoires directement dans votre courriel.

Je m'inscris