IRSST - Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

 Avis important concernant la COVID-19

(27 mars 2020, 15 h) En raison de la propagation rapide de la COVID-19, et pour assurer la santé et la sécurité de ses employés et de l’ensemble de son réseau, l’IRSST a mis en place des mesures exceptionnelles.

Étude exploratoire sur l’exposition des travailleurs aux particules ultrafines et aux composés organiques volatils émis lors d’un processus d’impression 3D : état des lieux au Québec

Résumé

L’impression 3D, une méthode de fabrication basée sur une superposition de couches d’un ou plusieurs matériaux, est utilisée dans de nombreux secteurs industriels comme l’aéronautique, l’industrie spatiale, la défense ou le domaine médical pour la conception de pièces uniques à moindre coût.
Certaines des techniques d’impression 3D génèrent des produits de décomposition comme des particules ultrafines (PUF) et des composés organiques volatils (COV) potentiellement néfastes pour la santé des travailleurs et des utilisateurs.

Au Québec, aucune étude n’a répertorié les protocoles d’utilisation de cette technologie ainsi que le nombre de travailleurs exposés aux PUF et COV émis.

L’équipe de recherche vise à dresser le portrait des techniques d’impression 3D existantes et les matériaux employés qui leur sont associés. Les différents protocoles et conditions d’utilisation des imprimantes 3D ainsi que des paramètres, notamment la température d’extrusion et la vitesse de fabrication. Un deuxième portrait vise à documenter l’exposition aux PUF et aux COV ainsi que les risques potentiels pour la santé des utilisateurs d’imprimantes commerciales.

Ces portraits constituent la base d’une meilleure connaissance de l’exposition des travailleurs et permettront de mettre l’accent sur les aspects préventifs. Une poursuite des investigations sur cette thématique est envisagée pour inclure des mesures d’exposition.