IRSST - Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

Relation avec les médias

Personne-ressource

Pour réaliser une entrevue avec un membre du personnel de l’IRSST, contactez le responsable des affaires publiques.

Jacques Millette

Responsable des affaires publiques

Utilisation du logo

L’utilisation du logo de l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST), dans quelque moyen de communication que ce soit, est interdite à moins d’une autorisation écrite de sa part. Pour toute demande, veuillez vous adresser à la Direction des communications et de la valorisation de la recherche de l’IRSST au .

Derniers communiqués

Application des textiles intelligents à la santé et la sécurité du travail

  • 09 octobre 2018

Les textiles intelligents sont capables de détecter, de réagir et de s’adapter à plusieurs formes de stimuli : électrique, magnétique, thermique, optique, acoustique, mécanique, chimique, etc. Leurs caractéristiques offrent des perspectives intéressantes en santé et en sécurité du travail (SST) telles que les systèmes de localisation intégrés, le suivi des conditions physiologiques, la captation de l’énergie, les systèmes chauffants et refroidissants intégrés.

Lire la suite


Validation d’un outil lié à la réadaptation des travailleurs présentant un TMS ou un TMC

  • 28 septembre 2018

Une équipe de recherche vient de valider un outil utilisé en réadaptation – Outil d’identification de la situation de handicap au travail (OISHT) – qui consiste  une entrevue structurée destinée aux cliniciens afin qu’ils puissent déterminer les facteurs associés à l’incapacité au travail en considérant les caractéristiques personnelles, l’état de santé, les facteurs associés au travail et à certains éléments reliés à l’indemnisation de la personne. Deux versions de l’outil ont été élaborées, l’une adaptée aux problématiques des troubles musculosquelettiques (TMS) et l’autre aux problématiques des troubles mentaux courants (TMC), soit les deux principales causes d’incapacité au travail.

Lire la suite


Un nouveau test sur la qualité de l’air contaminé par des bioaérosols

  • 27 septembre 2018

Un test utilisant des cellules cultivées en laboratoire et permettant d’apprécier le statut sanitaire de l’air dans des environnements contaminés (porcherie, ferme laitière, tourbière, scierie…) par des bioaérosols vient d’être mis au point. Ce nouvel outil contribuera à parfaire l’étude des facteurs environnementaux qui influencent la santé respiratoire des travailleurs exposés à ce type de particules aéroportées dont la nature n’est que partiellement définie.

Lire la suite


Méthode innovante d’évaluation des capacités absorbantes des matériaux insonorisants

  • 14 septembre 2018

Une méthode innovante, robuste et fiable vient d’être élaborée pour mieux évaluer la performance des matériaux insonorisants et réaliser des calculs prévisionnels du bruit afin de prévenir la surdité professionnelle. Le coefficient d’absorption de cinq matériaux testés, soit la mousse de mélamine, la laine de verre, les panneaux de fibre de verre compressée, la mousse de polyuréthane et les tuiles de plafond a été mesuré selon la nouvelle approche. Ils ont d’abord été testés selon les méthodes normatives actuelles (chambre réverbérante et tube d’impédance) et des paramètres tels que la résistivité au passage de l’air, la longueur caractéristique thermique, la tortuosité, la porosité, etc. Les résultats furent ensuite comparés à ceux obtenus par la nouvelle méthode.

Lire la suite


Les risques pour la santé des travailleurs
 des usines de biométhanisation des matières organiques putrescibles

  • 10 juillet 2018

Dans une étude exploratoire, des chercheurs ont détecté la présence et mesuré les concentrations d’agents biologiques (microorganismes pathogènes et totaux) et de substances chimiques dans l’air ambiant d’usines de biométhanisation de matières organiques putrescibles (MOP). Ils ont pu ainsi apprécier les risques potentiels pour la santé des travailleurs dans deux usines dont l’une procédait à des températures entre 35 et 40 °C avec des MOP d’origines résidentielle, commerciale et agroalimentaire, de même que des boues d’épuration des eaux usées tandis que l’autre traitait exclusivement des MOP d’origine résidentielle à des températures d’environ 55 °C. 

Lire la suite


Voir tous les communiqués