IRSST - Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

 Avis important concernant la COVID-19

(11 juin 2020, 13 h) Reprise graduelle des activités de la Direction des laboratoires. En raison de la propagation rapide de la COVID-19, et pour assurer la santé et la sécurité de ses employés et de l’ensemble de son réseau, l’IRSST a mis en place des mesures exceptionnelles.

Impact sur la qualité de l'air et la santé des travailleurs de logements alternatifs pour les poules pondeuses

Résumé

Les producteurs d’œufs dont les poulaillers sont équipés des systèmes de logements classiques se trouvent exposés quotidiennement à d’importantes quantités de bioaérosols nocifs pour leur santé respiratoire. Depuis 2017, le Code de pratiques pour le soin et la manipulation des poulettes et des pondeuses oblige les producteurs d’œufs canadiens à remplacer les cages classiques par des systèmes de logement alternatifs afin de favoriser le bien-être et l’expression de comportements naturels chez les poules pondeuses. La présence de litières, la liberté de mouvement accrue des animaux ainsi que la gestion des lisiers et des troupeaux associés aux logements alternatifs risquent d’avoir un impact sur la qualité de l’air et son contenu biologique (particules en suspension tels que des bioaérosols).

Une nouvelle recherche financée par l’IRSST vise à évaluer la qualité de l’air et à caractériser les bioaérosols de poulaillers comportant des logements classiques ou alternatifs. L’équipe de recherche mesurera les fonctions respiratoires, la présence de marqueurs inflammatoires sanguins et la prévalence d’allergies chez les producteurs d’œufs, en plus de révéler la diversité des bactéries de leur flore nasopharyngée. L’efficacité de méthodes de réduction des poussières et de gaz sur la qualité de l’air et la présence des bioaérosols d’une volière commerciale seront également analysés et jaugés.

Cette recherche dressera le portrait de l’exposition aux poussières et aux bioaérosols et de la santé des producteurs d’œufs, en fonction des systèmes de logements des poulaillers. L’équipe pourra proposer des stratégies pour améliorer la qualité de l’air des poulaillers en volière et en cages enrichies, un milieu de travail en émergence au Québec.