IRSST - Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

Impact de quatre filières de traitement de l’eau en piscine sur les concentrations des sous-produits de désinfection - Une étude exploratoire

Résumé

Dans les piscines, l’exposition des populations au sous-produits de désinfection (SPD) est l’objet d’une préoccupation croissante à l’échelle internationale. Les SPD sont le résultat inévitable des réactions chimiques entre les agents désinfectants ajoutés à l’eau des piscines et les matières organiques ou azotées qui y sont naturellement présentes ou introduites par le biais des baigneurs. La production et les niveaux de SPD dans l’eau du bassin et, pour ceux susceptibles de se volatiliser, dans l’air ambiant varient en fonction des approches de traitement. Cependant, il n’existe actuellement pas de données permettant une comparaison systématique de ces approches dans des conditions contrôlées dans un même bassin. La présente étude visait à produire de telles données. L’objectif était d’étudier, à des fins exploratoires, l’impact de diverses filières de traitement sur les niveaux de SPD dans l’eau et l’air d’une piscine dans l’optique de discriminer l’efficacité de chacune et de contribuer à identifier les meilleures pratiques possible pour réduire l’exposition.

La piscine d’accueil pour cette recherche a offert la possibilité de mettre en œuvre, pendant des durées variables, de façon séparée ou simultanée, différents procédés constituant sa filière de traitement. Deux campagnes de mesures des concentrations (eau, air) des SPD ont donc été réalisées (campagnes A et B) pour appréhender, à différentes périodes de l’année et dans des conditions d’achalandage changeantes, l’impact de quatre différentes modifications apportées successivement à la filière de traitement de référence, à savoir :

T1 : activation additionnelle du rayonnement ultraviolet (UV);

T2 : arrêt du stripage (stripping en anglais) avec conservation de la ventilation dans le bassin d’aération;

T3 : arrêt du stripage et suppression de la ventilation dans le bassin d’aération;

T4 : suppression du floculant PASS.

Le premier axe d’analyse des résultats rend compte de l’impact, au cours de chacune des deux campagnes, de chaque modification de traitement et pour, successivement, chaque classe de SPD examinée. Les UV ont un impact marqué causant une augmentation potentiellement élevée des SPD émergents, plus exactement des halonitrométhanes (HNM) et halocétones (HK), et des trihalométhanes (THM) dans l’eau et subséquemment des THM dans l’air. Leur activation contribue en revanche à diminuer la teneur en chloramines (CAM) dans l’air et de la N-nitrosodiméthylamine (NDMA) dans l’eau. Les résultats permettent de souligner l’impact positif de l’utilisation du stripage sur la présence des contaminants volatils qui se voit diminuée. L’utilisation du PASS ne semble pas se faire sentir sur la présence (quantité et spéciation) des SPD, excepté sur les THM dont ce floculant semble favoriser une légère augmentation.

Un deuxième axe d’analyse des résultats documente quelques aspects particuliers relatifs aux variations des niveaux de contamination entre les différents points d’échantillonnage. Elle fait notamment état de : (i) l’exacerbation des niveaux de contamination de l’eau de piscine eu égard à celle du réseau d’aqueduc qui alimente l’établissement; (ii) l’existence de variations saisonnières dans les niveaux de contamination (qui, à la base, doublent d’une campagne à l’autre); (iii), l’équivalence des niveaux de SPD mesurés, à différents moments, à une prise d’eau située entre la fin de la filière de traitement et l’entrée d’eau du bassin avec les niveaux mesurés directement dans le bassin; (iv) l’existence de variations spatiales dans la contamination de l’air du bassin.

À notre connaissance, les données obtenues par cette approche originale et systématique de type expérimental n’existaient pas et sont indubitablement pertinentes pour envisager les moyens de favoriser la réduction, toujours souhaitable et vivement préconisée, des niveaux d’exposition aux SPD en piscine en développant une meilleure compréhension de la dynamique de ces contaminants. Ceci est d’un intérêt certain pour aider les gestionnaires à mettre en place des processus et stratégies de traitement plus efficaces (développement de meilleures pratiques) notamment à la faveur d’une meilleure protection de la santé et du bien-être des travailleurs en piscine au regard de la problématique de l’exposition aux SPD. Dans ce sens, les résultats de cette investigation sensibilisent également à la nécessité d’effectuer le choix des procédés de traitement au regard du contexte spécifique de la piscine et des problématiques qui en découlent, en l’occurrence en matière de contamination en SPD.

Il convient finalement de bien considérer qu’il s’agit d’une étude exploratoire dont les résultats ne peuvent être généralisés pour valider (ou non) l’usage des différents procédés qui ont été considérés dans d’autres contextes. D’autres études, plus approfondies, se devraient d’être initiées en ce sens.

Informations complémentaires

Collection : Rapports scientifiques
Catégorie : Rapport
Auteur(s) :
  • Robert Tardif
  • Cyril Catto
  • Manuel Rodriguez
Projet de recherche : 2013-0074
N° de publication : R-859
Langue : Français
Mis en ligne le : 06 février 2015
Format : Texte