logo_print

Communiqué   


           

Efficacité des gants de protection contre les nanoparticules  

Montréal, le 16 mai 2012 – La multiplication des applications industrielles des nanotechnologies contribue à l'augmentation des risques d'exposition des travailleurs à des substances dont les effets sur la santé sont encore méconnus. Étant donnée la nécessité d'utiliser des moyens de protection individuelle, des chercheurs de l'École de technologie supérieure, de l'École Polytechnique, de l'Université de Montréal et de l'Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST) ont conçu une méthode de mesure pour s'assurer de l'efficacité des matériaux utilisés dans la confection des gants de protection contre les nanoparticules (NPs). Le dispositif expérimental permet aussi de simuler les conditions d'utilisation des gants en milieu de travail lors de l'exposition aux nanoparticules, en particulier les sollicitations mécaniques et le microclimat présent dans les gants.

Tests et résultats préliminaires
Après avoir développé un protocole d'échantillonnage et sélectionné les meilleures techniques d'analyse et de mesure, les chercheurs ont effectué quelques tests préliminaires avec quatre modèles de gants de protection en nitrile, en latex, en néoprène et en butyle et des NPs commerciales de dioxyde de titane (TiO2) en poudre et en solution colloïdale. « Les résultats semblent indiquer que les NPs en poudre ont pénétré à travers les gants en nitrile jetables après sept heures de déformations répétées alors que ceux en butyle paraissent imperméables. Dans le cas des NPs en solution colloïdale, nous avons mesuré une possibilité de pénétration à travers les gants, en particulier lorsque ceux-ci étaient soumis à des déformations répétées. Ces données préliminaires, qui devront être validées par des études additionnelles, montrent qu'il est important de poursuivre les travaux dans ce domaine », explique la chercheuse Patricia Dolez, auteure principale du rapport.

Recommandations
À la lumière de ces résultats, les chercheurs recommandent la prudence lorsqu'il s'agit de choisir et d'utiliser ce type d'équipement de protection individuelle. « Nous recommandons de remplacer à intervalle régulier les gants de protection qui sont portés, surtout pour les gants les plus minces ou lorsqu'ils ont été exposés aux NPs en solution colloïdale », conclut la chercheuse Patricia Dolez.

Le rapport Développement d'une méthode de mesure de la pénétration des nanoparticules à travers les matériaux des gants de protection dans des conditions simulant l'utilisation en milieu de travail peut être consulté gratuitement à : http://www.irsst.qc.ca/

- 30 –

Source
Jacques Millette
Responsable des affaires publiques
IRSST

Pour information
Patricia Dolez
Groupe CTT

 
© IRSST 2010 - Contact - Conditions d'utilisation