IRSST - Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

 Avis important concernant la COVID-19

En raison de la propagation rapide de la COVID-19, et pour assurer la santé et la sécurité de ses employés et de l’ensemble de son réseau, l’IRSST a mis en place des mesures exceptionnelles.
Pour en savoir plus 

Résultats des analyses de substances chimiques produites à l’IRSST pour chaque région administrative du ministère de la Santé et des Services sociaux pour la période 2001-2008

Résumé

Le réseau québécois de prévention compte plusieurs centaines de personnes qui interviennent régulièrement dans les établissements afin d'y prélever des échantillons permettant d'évaluer la qualité de l'air dans le cadre de leur mandat. Ces échantillons sont analysés à l'IRSST.

De 2001 à 2008, dans le cadre de l'entente de service avec la CSST et son réseau (MSSS et ASP), des rapports annuels de même qu'un rapport synthèse sur les huit années ont permis d'identifier certaines substances retrouvées en fortes concentrations dans différents secteurs industriels. Compte tenu de la grande variabilité des activités économiques selon les différentes régions du Québec, le présent rapport identifie les substances retrouvées en plus fortes concentrations dans chacune des régions administratives du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) puisque la grande majorité des échantillons proviennent des intervenants de ce ministère oeuvrant en santé au travail.

Compte tenu que quelque 359 120 résultats d'analyses environnementales ont été produits pour ces clientèles, il devient possible d'exploiter les données de manière à dégager un portrait détaillé des principaux polluants retrouvés en fortes concentrations pour chacune des régions administratives du MSSS. Ce choix devrait en effet permettre, pour une première fois, une lecture des résultats d'analyses sous un nouvel angle et ainsi faciliter l'interprétation des données pour les intervenants puisqu'ils pourront plus facilement y retrouver les résultats spécifiques aux établissements de leur région.

Il est déjà fort bien documenté que le volume d'échantillons variera beaucoup d'une région à l'autre et que les régions de Montréal et de la Montérégie sont normalement les régions demandant le plus grand nombre d'analyses, ce qui est normal compte tenu des populations de travailleurs et d'intervenants de ces deux régions. Afin de présenter un portrait qui fournisse des informations comparables, nous avons choisi de présenter pour chaque région, un tableausynthèse où sont classés en ordre décroissant d'occurrences de concentrations, les dix codes CAEQ à quatre chiffres de chaque région où apparaissent les couples substance chimique – classe industrielle présentant les plus hauts taux de fortes concentrations. Il est donc possible d'identifier les situations les plus probables de surexpositions professionnelles potentielles dans chaque région, tant au niveau des substances impliquées qu'à celui des activités économiques associées. De fait, l'étude est réalisée dans le but de rendre accessibles aux chercheurs et aux intervenants des informations pouvant appuyer de nouveaux axes de recherche et d'intervention ciblés sur les tendances de chaque région.

Quelque 55 200 résultats d'analyses satisfont les critères d'extraction et font émerger les combinaisons substance chimique - classe industrielle les plus susceptibles de requérir des actions spécifiques ciblées additionnelles de prévention parmi les secteurs échantillonnés, ceci pour chaque région administrative du Québec. Leur examen permet de constater que la majorité des substances représentant encore un important défi en matière de prévention sont surtout des poussières et les métaux qu'elles contiennent. C'est ainsi que le béryllium, les fumées de soudage, le plomb, le quartz, les poussières non classifiées autrement, les poussières de bois dur et mou et l'aluminium sont des exemples de substances où de fortes concentrations ont été mesurées dans plusieurs régions. Néanmoins, certaines substances organiques tel, par exemple, le styrène, requièrent encore des efforts afin de maîtriser l'exposition des travailleurs.

Informations complémentaires

Catégorie : Rapport de recherche
Auteur(s) :
  • Claude Ostiguy
  • Simon Morin
  • Gilles Bensimon
  • Marc Baril
Projet de recherche : 0099-7360
Mis en ligne le : 13 avril 2012
Format : Texte