IRSST - Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

 Avis important concernant la COVID-19

En raison de la propagation rapide de la COVID-19, et pour assurer la santé et la sécurité de ses employés et de l’ensemble de son réseau, l’IRSST a mis en place des mesures exceptionnelles.
Pour en savoir plus 

Quels sont les déterminants du retour au travail durable des travailleurs seniors ayant subi une lésion psychologique ou physique?

Résumé

Le vieillissement de la population est un thème complexe et sensible qui concerne plusieurs acteurs et sphères de la société (emploi, santé, finances). Cette étude porte sur le retour au travail durable[1] après une lésion de nature psychologique (LÉS_PSY; p. ex. : dépression) ou physique (LÉS_PHY; p. ex. : troubles musculosquelettiques) chez les travailleurs « seniors » âgés de 45 ans et plus. Au Québec, l’analyse des données de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) de 2013 à 2015 a permis de constater que le groupe de travailleurs âgés de 45 ans et plus (travailleurs seniors) se caractérise par une durée d’absence moyenne plus longue pour les lésions avec une perte de temps indemnisée (PTI) de nature psychologique ou physique par rapport à ceux qui sont âgés de 44 ans et moins (Busque et Lebeau, 2019). Pour la même période, les coûts totaux et moyens annuels par lésion sont plus élevés pour les travailleurs seniors (Busque et Lebeau, 2019).

L’objectif général de cette étude est d’identifier les déterminants du retour au travail durable des travailleurs âgés de 45 ans et plus ayant subi une lésion professionnelle de nature psychologique (LÉS_PSY) ou physique (LÉS_PHY). Cet objectif se décline en quatre objectifs spécifiques :
a) concevoir l’outil intitulé « ACT45+ » (acronyme d’Aménagements des Conditions de Travail pour les travailleurs seniors âgés de 45 ans et plus) pour répertorier quels sont les aménagements[2] des conditions de travail spécifiques mis en place pour faciliter le retour au travail durable des travailleurs âgés de 45 ans et plus ayant subi une LÉS_PSY ou une LÉS_PHY;
b) valider l’outil ACT45+; c) identifier quels sont les aménagements les plus souvent implantés; d) définir un modèle de prédiction du retour au travail durable intégrant les facteurs psychosociaux, les aménagements des conditions de travail, les aspects positifs et négatifs de la santé psychologique au travail.

L’étude est fondée sur un devis mixte à volet qualitatif (Phase 1) et quantitatif (Phase 2). À la Phase 1, 32 entrevues qualitatives semi-structurées ont été effectuées auprès de travailleurs seniors ayant vécu une lésion totalement ou partiellement liée au travail (n = 15 LÉS_PSY; = 17 LÉS_PHY). L’analyse et l’interprétation du contenu des entrevues qualitatives ont permis de dégager les éléments essentiels pour concevoir les dimensions conceptuelles et les énoncés (items) de l’outil ACT45+. Cette première phase de l’étude a été suivie par une Phase 2 au cours de laquelle la validation du questionnaire a été complétée et un recueil des données a été effectué de façon longitudinale (suivi aux six mois) auprès de 65 travailleurs seniors (n = 34 LÉS_PSY;
n = 31 LÉS_PHY). Le retour au travail durable a été mesuré à l’aide de la variable durée du retour au travail durable (distance en mois entre la date du retour au travail et la date du T2). Des analyses statistiques de différent ordre ont été effectuées pour répondre aux objectifs spécifiques de l’étude.

Les aménagements les plus souvent implantés (≥ 70 %) sont le Plan de retour au travail et suivi et l’Horaire et lieu de travail. Les aménagements Santé au travail et Soutien des collègues montraient une différence selon le type de lésion, car ils étaient plus souvent implantés pour faciliter le retour au travail durable à la suite d’une lésion physique que psychologique.
Ces aménagements ont été implantés plus souvent auprès des travailleurs ayant subi une LÉS_PHY, car leur entourage connaissait probablement leur diagnostic et/ou ils l’ont divulgué pour pouvoir demander des aménagements. Ceci est souvent plus difficile dans les cas d’absences liées à des LÉS_PSY. La durée du retour au travail durable est influencée par deux variables référant au contexte de travail (Ergonomie) et à la santé psychologique au travail (Appréhension d’une rechute). En général, il a été possible de constater que la présence d’aménagements et de facteurs psychosociaux favorables au climat de sécurité et à l’équilibre santé-travail, ainsi que des aspects de la santé psychologique au travail contribuent indirectement à la durée du retour au travail durable des travailleurs seniors.

En se basant sur les résultats de cette étude, les acteurs des milieux concernés (p. ex. : les coordonnateurs du retour au travail, les supérieurs immédiats, les syndicats, les intervenants en réadaptation au travail) pourront utiliser l’outil ACT45+ pour identifier d’une part, les aménagements qui peuvent être mis en place pour favoriser le retour au travail durable des travailleurs seniors et d’autre part, les leviers qui peuvent assurer un maintien en emploi, en santé, des travailleurs seniors.

 

 

 

 

 

 

 

 

Note. Dans ce document, le genre masculin est utilisé comme générique, dans le seul but de ne pas alourdir le texte.



[1] Dans le cadre de cette étude, retour au travail durable est synonyme de « maintien en emploi », pour indiquer que le travailleur reste dans la même organisation au même poste qu’il occupait avant l’absence ou encore un autre poste, avec un lien d’emploi à temps plein ou à temps partiel. Le retour au travail est « durable » si le travailleur se maintient en emploi au moins six mois après y être retourné à la suite d’une absence due à une lésion professionnelle de nature psychologique ou physique (définition adaptée de Dekkers-Sánchez, Wind, Sluiter et Frings-Dresen, 2011; Etuknwa, Daniels et Eib, 2019).

[2] Dans cette étude les aménagements des conditions de travail font référence à des mesures « raisonnables et faisables » prises par l’employeur ou par d’autres acteurs de l’organisation, dans le but de faciliter le retour au travail durable. Ces mesures peuvent être la conséquence de l’obligation légale de l’employeur d’accommoder, ou encore relever d’ajustements mineurs ou de soutiens naturels qui ne renvoient pas à l’aspect légal du terme (Corbière et al., 2019; Corbière, Villotti, Lecomte, et al., 2014; MacDonald-Wilson, Rogers, Massaro, Lyass et Crean, 2002; Schultz, Krupa, Rogers et Winter, 2012; Villotti et al., 2017). Ils concernent davantage le contexte de travail, le contenu du travail et les relations interpersonnelles. Toutefois, des aménagements « hors travail » pris par le travailleur lui‑même ou par d’autres acteurs de son contexte de vie hors travail peuvent être implantés dans le but de faciliter le retour au travail durable après une absence due à une lésion professionnelle (Negrini et al., 2019).

 

Informations complémentaires

Catégorie : Rapport de recherche
Auteur(s) :
Projet de recherche : 2015-0062
Champ de recherche : Réadaptation au travail
Mis en ligne le : 28 octobre 2020
Format : Texte