IRSST - Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

 Avis important concernant la COVID-19

En raison de la propagation rapide de la COVID-19, et pour assurer la santé et la sécurité de ses employés et de l’ensemble de son réseau, l’IRSST a mis en place des mesures exceptionnelles.
Pour en savoir plus 

Communiqué de presse

Exposition cutanée des pomiculteurs aux pesticides

  • 21 juin 2018

Montréal, le 21 juin 2018 – L’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST) publie une étude qui décrit l’exposition cutanée des producteurs de pommes lors de leurs activités principales liées à la préparation et à la pulvérisation des pesticides ainsi que le port de vêtements de protection (VP). En s’appuyant sur les résultats d’une revue de la littérature, de nombreuses observations-terrains et d’entrevues répétées avec cinq producteurs, les chercheurs ont entre autres produit une analyse détaillée de situations d’exposition et des facteurs favorisant ou faisant obstacle au port des vêtements de protection (VP).

« Les résultats montrent l’importance du contexte pour comprendre l’utilisation de la protection individuelle. Les producteurs sont exposés à de nombreuses situations de microexposition (intensité et durée limitées) qui ne perturbent pas le déroulement de leur activité de travail. Bien qu’associées à un cumul probable de l’exposition, ces situations semblent contribuer à une sous-estimation du risque d’exposition par la peau, principale voie d’exposition aux pesticides », précise l’auteure principale Danièle Champoux de l’IRSST.

D’autre part, les nombreuses lacunes des VP eux-mêmes nuisent à leur utilisation; en particulier, l’absence de normes ou de certification, le manque de formation et d’information sur le choix de la protection selon le pesticide utilisé, la difficulté à se procurer les VP auprès de sources compétentes. L’efficacité de la protection des VP, leur confort ainsi que leur coût sont des facteurs qui exercent aussi un effet sur leur utilisation en agriculture. L’étude a permis de constater que les producteurs portent des VP très variés qui ne correspondent pas toujours aux directives de l’étiquette du pesticide utilisé. Les chercheurs ont également décrit un éventail de pratiques de prévention fondées sur les savoir-faire de métier que les producteurs intègrent au déroulement de leurs activités et estiment complémentaires au port des VP. « Les échanges entre producteurs et la mise en valeur des pratiques de prévention intégrées pourraient également favoriser une protection cutanée accrue en agriculture », indique le rapport.

Les résultats de cette étude peuvent être consultés sans frais à http://www.irsst.qc.ca/publications-et-outils/publication/i/100993/n/exposition-cutanee-pesticides-producteurs-pommes-vetements-protection. Pour en savoir davantage sur les recherches de l’IRSST, suivez-nous sur le Web, Twitter, Facebook, LinkedIn ou YouTube.

-30-

Source
Jacques Millette
Responsable