IRSST - Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

Communiqué de presse

Un travailleur québécois sur 10 serait exposé à au moins une substance cancérogène

  • 12 juin 2017

Montréal, le 12 juin 2017 – L’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST) a réalisé une étude sur l’importance de l’exposition potentielle des travailleurs du Québec à des circonstances et des substances cancérogènes selon les secteurs d’activité économique et les professions auxquels ces cancérogènes sont associés. Pour chacune des 41 circonstances ou substances classées comme cancérogène « démontré », « soupçonné », « probable » ou « avéré » chez l’humain, ou « démontré » chez l’animal, les chercheurs ont calculé à partir de diverses sources le nombre de travailleurs potentiellement exposés. Selon une estimation minimale, entre 240 000 et 500 000 travailleurs québécois sont exposés dans le cadre de leur travail à au moins un cancérogène. Les dix substances ou circonstances auxquelles les travailleurs québécois sont exposés en plus grande proportion sont : le travail de nuit (14,2 %), le rayonnement solaire (6,6 %), les gaz d’échappement de moteurs diésels (4,9 %), les huiles minérales (2,4 %), le benzène (2,1 %), les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) (2,0 %), la silice (2,0 %), les poussières de bois (1,9 %), le plomb ou ses composés inorganiques (1,6 %) et les rayonnements ionisants (1,2 %).

« La prévention des risques cancérogènes débute par cette étape d’identification de l’exposition. Les constats effectués dans ce rapport devraient être utiles entre autres pour déterminer les groupes à risque de forte exposition et pour soutenir les efforts de prévention en milieu de travail. Malgré les limites de cette étude, elle peut guider les préventeurs, car il importe d’agir dès maintenant dans les secteurs ciblés. Seules des actions effectuées aujourd’hui pourront prévenir les cancers professionnels qui apparaîtront dans plusieurs années, ou même des décennies, au Québec », déclare l’épidémiologiste France Labrèche de l’IRSST.

Dans certains secteurs, une forte proportion de travailleurs sont exposés à des cancérogènes. Ainsi, 93 % des travailleurs de la pêche et de la chasse et 64 % des travailleurs de l’agriculture et de la foresterie sont exposés au rayonnement solaire; 49 % des travailleurs du transport et 44 % de ceux de l’extraction minière, de pétrole et de gaz sont exposés aux gaz d’échappement des moteurs diésels tandis que 55 % des travailleurs de la fabrication des produits en bois sont exposés aux poussières de bois.

Les résultats de cette étude et son annexe peuvent être consultés sans frais à www.irsst.qc.ca. Pour en savoir davantage sur les recherches de l’IRSST, suivez-nous sur le Web, Twitter, Facebook, LinkedIn ou YouTube.

-30-

Source
Jacques Millette
Responsable des affaires publiques
IRSST