IRSST - Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

Communiqué de presse

Santé et sécurité du travail: Pour une meilleure protection auditive

  • 12 avril 2016

Montréal, le 12 avril 2016 – Lorsque l’élimination à la source n’est pas envisageable, les protecteurs auditifs sont la solution la plus utilisée pour se protéger contre le bruit. Toutefois, ils peuvent être un cofacteur de risque d’accident du travail et leur performance réelle est souvent différente de celle affichée. Des chercheurs viennent toutefois de concevoir de nouveaux outils de modélisation pour prédire l’atténuation du bruit par les protecteurs auditifs. Ces travaux, qui intègrent des paramètres sur le confort, contribueront à améliorer la protection auditive individuelle des travailleurs. Ils comportaient aussi un volet expérimental qui visait à comparer systématiquement une méthode subjective de mesure d’atténuation basée sur des mesures normalisées de déplacement du seuil d’audition (REAT) avec une méthode objective basée sur des mesures microphoniques (MIRE). Les chercheurs ont également élaboré une méthode inédite de mesure objective de l’effet d’occlusion des bouchons d’oreille sur des sujets humains et des bancs d’essai de caractérisation et de validation originaux. Aux fins de cette recherche, différents types de bouchon (moulés en silicone, mousse, etc.), ainsi que différents modèles de serre-tête ont été considérés.

Frank Sgard

« La surdité professionnelle est un phénomène en nette croissance et la protection individuelle demeure la solution la plus facile et la moins coûteuse à utiliser lorsque l’élimination à la source de bruit ne peut être envisagée. Il est donc important de faire progresser les connaissances relatives à la transmission acoustique à travers le système protecteur/conduit auditif tout en prenant en compte les facteurs d’inconfort qui peuvent amener un travailleur à ne pas porter ses bouchons ou sa coquille ou à réduire la période durant laquelle il les porte. Or, les modèles que nous avons développés ont montré leur capacité à prédire globalement de façon satisfaisante la réponse acoustique des protecteurs auditifs. Ils représentent des outils polyvalents et intéressants pour comprendre et expliquer les phénomènes acoustiques se produisant dans le système protecteur auditif/oreille externe ainsi que pour étudier l’effet des paramètres qui permettent d’aider à mieux concevoir les protecteurs auditifs. Il s’agit d’une avancée scientifique qui pave la voie à la poursuite de travaux dans ce domaine », estime Franck Sgard, Ph. D., auteur principal et responsable du champ de recherche Prévention des risques mécaniques et physiques de l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST).

Les outils de modélisation sont une des retombées du projet puisqu’ils fournissent des pistes aux manufacturiers de protecteurs auditifs pour améliorer leurs produits sans recourir à du prototypage réel. Une autre retombée est l’amélioration de la méthode objective de mesure MIRE, méthode beaucoup mieux adaptée à l’évaluation de la performance des protecteurs directement en milieu de travail. Par ailleurs, les chercheurs ont montré le potentiel de deux nouvelles approches objectives permettant de mesurer l’effet d’occlusion avec ou sans sujet. Pour cette dernière, les manufacturiers pourront à terme classifier les bouchons selon leur effet d’occlusion sans prendre en considération la variabilité interindividuelle. Dans le futur, ces outils ont le potentiel d’améliorer la conception acoustique des protecteurs, ce qui devrait réduire d’autant les risques de surdité professionnelle associés au bruit.

Les résultats de cette étude intitulée Développement d’outils et de méthodes pour mieux évaluer et améliorer la protection auditive individuelle des travailleurs peuvent être consultés sans frais à www.irsst.qc.ca. Pour en savoir davantage sur les recherches de l’IRSST, suivez-nous sur Twitter, Facebook, LinkedIn ou YouTube.

-30 -

Source
Jacques Millette
Responsable des affaires publiques
IRSST