IRSST - Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

Communiqué de presse

Attention, ça glisse !

  • 18 novembre 2021

Montréal, le 18 novembre 2021 – En saison hivernale, glisser sur la glace est l’un des principaux risques inhérents aux activités professionnelles exercées à l’extérieur. Alors que de nombreux travailleurs comptent sur leurs chaussures de travail pour les empêcher de glisser, ces derniers se retrouvent souvent devant un choix difficile quand vient le temps de sélectionner les meilleures bottes antidérapantes pour l’hiver. Un groupe de recherche financé par l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST) a effectué divers tests pour évaluer la performance globale de plusieurs modèles de bottes.

Au banc d’essai

Des méthodes d’essai normalisées existent déjà pour évaluer le coefficient de friction (CdF) des chaussures sur des surfaces autres que la glace. Bien que l’appareil utilisé pour ces tests puisse être utilisé en tandem avec une machine qui permet de fabriquer des surfaces glacées dans un bac à glace réfrigéré, peu d’information a été publiée sur la fabrication de surfaces glacées et sur la validité de la méthode d’essai avec ce bac à glace. « Nous avons développé et évalué une méthode d’essai mécanique utilisant l’appareil de mesure SATRA STM 603 pour déterminer la résistance au glissement des chaussures sur des surfaces glacées, et l’avons comparé au test MAA », mentionne Chantal Gauvin, professionnelle scientifique à l’IRSST. Le test MAA, pour Maximum Achievable Angle en anglais, c’est-à-dire le test de l’angle maximum atteignable, a été développé par l’Institut de recherche KITE, de Toronto. « Ces deux méthodes sont différentes, mais complémentaires », précise Chantal Gauvin.

Plusieurs constats se sont dégagés de cette recherche. « Nous avons notamment constaté que le CdF est généralement plus faible sur la glace fondante que sur la glace sèche, ce qui signifie que la glace fondante est plus glissante pour la plupart des bottes testées. » Cette étude, dont l’objectif était de mettre à l’essai et de comparer les deux méthodes, a aussi fourni de l’information pour permettre aux utilisateurs de bottes de faire de meilleurs choix. « Nous avons aussi évalué les performances globales de plusieurs bottes et nous avons pu identifier quelques modèles pour les travailleurs qui œuvrent sur des surfaces glacées », précise Chantal Gauvin. Les chercheurs ont pu remarquer que deux modèles, utilisant les semelles Arctic Grip et Green Diamond, se démarquaient du lot, notamment sur la glace fondante.

Une synthèse des résultats se trouve dans le document Évaluation des méthodes d’essai pour déterminer la résistance au glissement des chaussures sur des surfaces glacées – Document synthèse, disponible sur le site Web de l’IRSST. Le rapport de recherche complet est également disponible en ligne en version anglaise.

Pour en savoir davantage sur les recherches de l’IRSST, suivez-nous sur le Web, Twitter, Facebook, LinkedIn, Instagram et YouTube.

-30-

Source
Noémie Boucher
Adjointe au directeur, volet communications
IRSST
514 258-4640
[email protected]