IRSST - Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

Communiqué de presse

Pathologie du coude : les traitements sont-ils tous équivalents ?

  • 27 avril 2021

Montréal, le 27 avril 2021 – L’épicondylose latérale du coude, communément appelée épicondylite ou tennis elbow, est un syndrome douloureux et incapacitant, favorisé par une surutilisation du poignet et de l’avant-bras. Il s’agit d’une pathologie particulièrement fréquente chez les travailleurs et touche autant les hommes que les femmes. Des chercheurs financés par l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST) ont évalué l’efficacité thérapeutique d’une procédure relativement nouvelle, appelée fenestration écho-guidée, en comparaison avec la chirurgie par approche ouverte chez des travailleurs atteints de cette pathologie.

Divers traitements

Il n’existe aucun consensus ni modèle de prise en charge standardisé pour l’épicondylose du coude. Avant l’intervention chirurgicale, un traitement médical, combinant ergonomie et programme d’exercices est recommandé, et favorise la guérison chez 80% des patients après 12 mois. « Toutefois, un certain nombre de patients sont réfractaires au traitement médical pouvant comprendre, en plus du repos et de la rééducation, le port d’une orthèse, des traitements par ondes de choc extracorporelles et les injections de cortisone, de plasma riche en plaquettes et autres substances. Ces patients peuvent également demeurer symptomatiques et présenter une incapacité fonctionnelle au travail pendant plusieurs mois, voire des années », mentionne Nathalie J. Bureau, chercheuse au Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal.

Devant l’échec du traitement médical, l’intervention chirurgicale devient l’autre solution. « Une chirurgie plus traditionnelle est souvent effectuée, avec un taux d’efficacité de 70% à 80%. Toutefois, une nouvelle solution, appelée fenestration écho-guidée, est une procédure minimalement invasive réalisée sous anesthésie locale, moins coûteuse et potentiellement plus accessible que la chirurgie. Nous voulions savoir si elle était tout aussi efficace », précise la chercheuse.

Une avenue prometteuse

Soixante-quatre travailleurs souffrant d’une épicondylose chronique ont été répartis en nombre égal dans chacun des groupes d’intervention et ont été suivis pendant 12 mois. Dans le rapport Traitement de l’épicondylose latérale chronique du coude. Essai clinique randomisé à simple insu évaluant l’efficacité de la fenestration écho-guidée et celle de la chirurgie par approche ouverte, on peut lire que le taux de succès thérapeutique parmi les patients traités par fenestration écho-guidée a été comparable à celui des patients traités chirurgicalement. Pour chacune des interventions, 80 % des patients ont dit être « nettement ou complètement améliorés » six mois après l’intervention. « Cette recherche a également démontré que le retour au travail s’effectue plus rapidement après la fenestration comparativement à la chirurgie. Cette dernière nécessite un certain temps de convalescence pour permettre la guérison de la plaie cutanée et la cicatrisation du tendon. La fenestration, qui ne requiert pas d’incision cutanée ni de résection de tissu, favorise la guérison tendineuse en stimulant les mécanismes physiologiques d’inflammation et de prolifération cellulaire », conclut Nathalie J Bureau.

Pour en savoir davantage sur les recherches de l’IRSST, suivez-nous sur le Web, Twitter, Facebook, LinkedIn, Instagram et YouTube.

-30-

Source
Noémie Boucher
Adjointe au directeur, volet communications
IRSST
514 258-4640
[email protected]