IRSST - Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

Communiqué de presse

Nouvelle méthode de mesure de l’exposition sonore

  • 22 avril 2021

Montréal, le 22 avril 2021 – De nombreux travailleurs sont exposés quotidiennement à des niveaux de bruit susceptibles d'endommager leur audition. La mesure de l'exposition sonore est alors essentielle pour les protéger adéquatement, mais les méthodes et les technologies de mesure actuelles ne permettent généralement pas de déterminer avec précision l'exposition au bruit subie par un individu à l’intérieur de l’oreille. Une équipe de recherche financée par l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST) a développé une méthode de mesure de l’exposition sonore intra-auriculaire pour les milieux de travail.

Des tests concluants

La dosimétrie intra-auriculaire est une solution prometteuse pour pallier un certain nombre de problèmes liés aux méthodes de mesure conventionnelles, mais cette méthodologie est fragilisée de trois façons. « On constate d’abord que l'exposition sonore mesurée dans le conduit auditif peut être grandement influencée par les perturbations sonores internes induites par le porteur de protecteurs auditifs et qu’il importe de détecter ces perturbations afin de bien évaluer leur effet, relate Hugues Nélisse, chercheur à l’IRSST. Par ailleurs, des corrections acoustiques sont requises pour pouvoir comparer les niveaux de bruit mesurés dans le conduit auditif aux limites d'exposition définies dans les différentes normes et réglementations. » Des questions subsistent également quant à l'effet d’occlure le conduit auditif sur la sensibilité auditive.

Des méthodes et une instrumentation ont été développées pour permettre une calibration individuelle, sur le terrain, de prototypes de dosimètres intra-auriculaires (DIA), mis au point spécifiquement pour ce type de mesure. « Une série d'expériences impliquant des participants humains ont montré, pour la première fois, que ces méthodes, ainsi que les prototypes utilisés, peuvent servir à déterminer des corrections acoustiques individuelles pour une dosimétrie intra-auriculaire pratiquée en oreille ouverte, ou encore sous un bouchon protecteur ou un casque antibruit », explique le chercheur Hugues Nélisse.

Développement d’une méthode

Grâce aux nombreux tests et aux prototypes utilisés, Hugues Nélisse et son équipe ont aussi développé une approche visant à détecter, et à exclure au besoin, les perturbations sonores internes émises par un individu alors qu'il est équipé d'un DIA. « Cette approche s'est avérée particulièrement efficace dans le cas de mesures effectuées sous un bouchon d'oreille », précise le chercheur. Le rapport Développement d’une méthode de mesure de l’exposition sonore effective intra-auriculaire pour une utilisation en milieu de travail présente les méthodes, les outils, les prototypes de mesure et les connaissances développés pour permettre la mesure individuelle de l'exposition sonore effective intra-auriculaire en milieu de travail. « Nous croyons que nos travaux devraient avoir des répercussions considérables en matière de prévention des risques de traumatisme auditif liés à l'activité professionnelle en milieu bruyant. Les résultats que nous avons obtenus montrent que l'ensemble des développements scientifiques réalisés peuvent déjà être considérés dans le cadre de mesures-terrains s'appliquant à des travailleurs équipés de bouchons d'oreille instrumentés ou sous un casque antibruit », conclut Hugues Nélisse.

Pour en savoir davantage sur les recherches de l’IRSST, suivez-nous sur le Web, Twitter, Facebook, LinkedIn, Instagram et YouTube.

-30-

Source
Noémie Boucher
Adjointe au directeur, volet communications
IRSST
514 258-4640
[email protected]