IRSST - Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

Fiches de l’IRSST concernant la COVID-19

Les recommandations formulées dans les fiches s’appuient sur la littérature scientifique et technique la plus à jour. Puisque la situation et les connaissances sur le virus SARS-CoV-2 (COVID-19) évoluent rapidement, ces recommandations sont sujettes à des mises à jour périodiques.

Protection respiratoire pour les travailleurs de la santé dans le cadre d’une transmission par inhalation du SRAS‑CoV‑2

  • Version du : 08 février, 2021, 08:40

Protection respiratoire pour les travailleurs de la santé dans le cadre d’une transmission par inhalation du SRAS‑CoV‑2

Transmission par inhalation

Les avis des organismes internationaux convergent vers un modèle de transmission de la COVID-19 par l’inhalation de particules respiratoires. En septembre 2020, un groupe d’experts de la conseillère scientifique en chef du Canada a soutenu que « …la voie de transmission la plus courante du SRAS-CoV-2 est le contact étroit et prolongé, ce qui comprend la transmission sur courte distance de particules inhalables »1. En novembre 2020, l’Agence de la santé publique du Canada rapportait que « …Les gouttelettes ou aérosols infectieux peuvent entrer en contact direct avec les muqueuses du nez, de la bouche ou des yeux d’une autre personne ou être inhalés dans le nez, la bouche, les voies respiratoires et les poumons… »2.  En décembre 2020, c’est au tour de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) de rapporter «…Close-range contact (typically within 1 metre) can result in inhalation of, or inoculation with, the virus through the mouth, nose or eyes…»3.

L’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) reconnaissait également, dans un avis publié le 8 janvier 2021, que la transmission est tributaire d’un continuum de particules de différentes tailles4. De ce fait, la transmission à la suite d’un contact rapproché de la personne infectée pourrait être tout autant le résultat d’une inhalation des particules que de leur projection sur les muqueuses des yeux, du nez et de la bouche5. La reconnaissance de l’inhalation comme mode de transmission est importante lors de l’évaluation du risque d’exposition au SRAS-CoV-2 en milieu de soins6. Le SRAS-CoV-2 est un danger reconnu et présente un risque avéré pour les travailleurs de la santé qui doit guider les moyens nécessaires à mettre en place pour bien maîtriser ce risque. L’arrivée récente de nouveaux variants du virus justifie également une vigilance accrue à cet égard.

Les travailleurs de la santé

Certaines données issues du terrain depuis le début de cette pandémie démontrent que les travailleurs de la santé (TdeS) sont surreprésentés dans le nombre de cas confirmés de COVID-19. Au Québec, les résultats d’une enquête épidémiologique ont révélé un risque environ 10 fois plus élevé de contracter la maladie que celui estimé dans le reste de la population7. Le rapport souligne que les préposés aux bénéficiaires, les infirmières et les infirmières auxiliaires ont représenté à eux seuls 70 % de tous les cas recensés en milieux de soins. Le fait de prodiguer des soins de proximité, ainsi que la durée de l’exposition constituent des facteurs de risque à considérer. La flambée des infections au sein des TdeS se poursuivait toujours au rythme de 240 à 250 nouveaux cas quotidiens à la fin de l’année 20208. À cette date, près de 10 % des TdeS ont contracté la COVID-19. Cette prévalence élevée révèle des lacunes dans les moyens actuellement en place pour maitriser l’exposition des TdeS.

Maîtrise de l’exposition (protection respiratoire)

Le masque médical n’est pas un appareil de protection respiratoire (APR) et ne permet pas de protéger le travailleur des particules inhalables. Peu importe le niveau du masque médical (1, 2 ou 3), même si le travailleur tente de bien l’ajuster, il sera impossible d’éviter la présence de fuites et d’empêcher l’inhalation de particules9 10 11 12. Par ailleurs, en situation rapprochée, la ventilation ne peut à elle seule contrôler l’exposition. Dans ce contexte, seul le port d’un appareil de protection respiratoire (APR) permet une protection adéquate. D’ailleurs, un nombre important d’organismes canadiens et internationaux formulent des recommandations concernant l’usage élargi des APR dans le cadre de la présente pandémie 13 14 15 16 19. De plus, dans une optique d’optimisation de la performance des APR, la mise en place d’un programme de protection respiratoire, incluant la formation et les essais d’ajustements, s’avère primordiale comme stipulé dans le Guide des appareils de protection respiratoire utilisés au Québec et la norme CSA Z94.4 Choix, utilisation et entretien des appareils de protection respiratoire17 18.

Évaluation du risque d’exposition des travailleurs de la santé à des particules virales inhalables et recommandation

L’IRSST considère que tout TdeS œuvrant auprès de patients suspectés ou confirmés pour la COVID-19, se trouve à risque d’exposition au SRAS-CoV-2. À cet effet, différents paramètres doivent être pris en considération lors de l’évaluation du risque dont notamment :

  • La proximité du travailleur par rapport à la source (patient infecté).
  • Le nombre et la durée de contacts auprès de patients suspectés ou confirmés COVID-19;
  • Le traitement de l’air dans un contexte de présence soutenue du SRAS-CoV-2;
  • Le port en continu du masque médical par le patient lors de sa présence en milieu de soin;
  • Le niveau de transmission communautaire;
  • Le nombre et durée de contacts auprès de patients non diagnostiqués.

Pour protéger adéquatement les TdeS, l’IRSST recommande le port d’un APR en zone à risque d’exposition au SRAS-CoV-2.

Références

1. 

1. Groupe experts de la conseillère scientifique en chef sur la COVID-19. (2020). Le rôle des bioaérosols et de la ventilation intérieure dans la transmission de la COVID-19. Tiré de http://science.gc.ca/eic/site/063.nsf/fra/h_98176.html

2. 

2. Agence de la santé publique du Canada. (2020). COVID-19 : principaux modes de transmission. Tiré de https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/maladies/2019-nouveau-coronavirus/professionnels-sante/principaux-modes-transmission.html

3. 

3. World Health Organization. (2020). Mask use in the context of COVID19: Interim guidance. Tiré de https://www.who.int/publications/i/item/advice-on-the-use-of-masks-in-the-community-during-home-care-and-in-healthcare-settings-in-the-context-of-the-novel-coronavirus-(2019-ncov)-outbreak

4. 

4. Anctil, G., Caron, S., Charest, J., Irace-Cima, A., Gilca, V., Sauvageau, C., . . . Perron, S. (2020). Transmission du SRAS-CoV-2 : constats et proposition de terminologie. Tiré de https://www.inspq.qc.ca/sites/default/files/publications/3099-transmission-sras-cov-2-constats-terminologie-covid19.pdf

5. 

5. Milton, D. K. (2020). A Rosetta stone for understanding infectious drops and aerosols. Journal of the Pediatric Infectious Diseases Society, 9(4), 413-415. doi: 10.1093/jpids/piaa079

6. 

6. Marchand, G. et Debia, M. (2021). COVID-19 : transmission du SARS-CoV-2 et protection respiratoire pour les travailleurs de la santé. Travail et santé, 36(3), S4-S5.

7. 

7. De Serres, G., Carazo, S., Lorcy, A., Villeneuve, J.,  Laliberté, D., Martin, R., . . . Dionne, M. (2020). Enquête épidémiologique sur les travailleurs de la santé atteints par la COVID-19 au printemps 2020. Tiré de https://www.inspq.qc.ca/publications/3061-enquete-epidemiologique-travailleurs-sante-covid19

8. 

8. Paré, I. et Cousineau, M.-É. (18 décembre 2020). Près de 30 000 cas de COVID-19 parmi les employés du réseau de la santé. Le Devoir. Tiré de https://www.ledevoir.com/societe/sante/591993/pres-de-30-000-cas-parmi-les-employes-du-reseau

9. 

9. Oberg, T. et Brosseau, L. M. (2008). Surgical mask filter and fit performance. American Journal of Infection Control, 36(4), 276–282. doi: 10.1016/j.ajic.2007.07.008

10. 

10. Karuppasamy, K. et Obuchowski, N. (2021). Comparison of fit for sealed and loose-fitting surgical masks and N95 filtering facepiece respirators. Annals of Work Exposures and Health. doi:10.1093/annweh/wxaa125.

11. 

11. Vuma, C. D., Manganyi, J., Wilson, K. et Rees, D. (2019). The effect on fit of multiple consecutive donning and doffing of N95 filtering facepiece respirators. Annals of Work Exposures and Health, 63(8), 930–936. doi: 10.1093/annweh/wxz060

12. 

12. Girard, M.-A. (réalisateur). (2020). Je l’ai testé : bien ajuster son masque. Tiré de https://savoir.media/facteurs-de-risque/clip/je-lai-teste-bien-ajuster-son-masque

13. 

13. Centers for Disease Control and Prevention. (2020). Personal protective equipment: Questions and answers. Tiré de https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/hcp/respirator-use-faq.html

14. 

14. European Centre for Disease Prevention and Control. (2020). Infection prevention and control and preparedness for COVID-19 in healthcare settings (5e éd.). Tiré de https://www.ecdc.europa.eu/sites/default/files/documents/Infection-prevention-and-control-in-healthcare-settings-COVID-19_5th_update.pdf

15. 

15. Public Health Agency of Canada. (2021). Infection prevention and control for COVID-19: Interim guidance for acute healthcare settings. Tiré de https://www.canada.ca/en/public-health/services/diseases/2019-novel-coronavirus-infection/health-professionals/infection-prevention-control-covid-19-second-interim-guidance.html#a8.1.1

16. 

16. Shared Health Manitoba. (2021). Personal protective equipment (PPE) resources. Tiré de https://sharedhealthmb.ca/covid19/providers/ppe-resources/

17. 

17. CSA Group. (2018). Selection, use, and care of respirator (Norme CSA Z94.4-18). Toronto, ON: CSA.

18. 

18. Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail. (s.d.) Appareils de protection respiratoire : guide réglementaire. Tiré de https://reptox.cnesst.gouv.qc.ca/apruq/guide-reglementaire/Pages/000-table-des-matieres.aspx

19. 

19. Centers for Disease Control and Prevention. (2020). Summary for healthcare Facilities: Strategies for optimizing the supply of N95 respirators during shortages. Tiré de https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/hcp/checklist-n95-strategy.html