IRSST - Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

Fiches de l’IRSST concernant la COVID-19

Note : Les avis sont présentement en cours de révision.

La situation et les connaissances en lien avec la COVID-19 évoluent rapidement, nos recommandations sont sujettes à des mises à jour périodiques.
Consultez également les sites : CNESST, INSPQ et MSSS.

Lignes directrices pour la reprise des activités pédagogiques en présentiel dans les milieux universitaires québécois

  • Version du : 28 septembre, 2020, 17:00

Lignes directrices pour la reprise des activités pédagogiques en présentiel dans les milieux universitaires québécois

Cette fiche est destinée aux gestionnaires universitaires. Elle a été produite en collaboration avec le Bureau de coopération interuniversitaire (BCI).

Mise en contexte
Dans le contexte de la pandémie de la COVID-19 et afin de respecter les directives gouvernementales, la majorité des activités pédagogiques en présentiel ont été interrompues dans les universités du Québec. Cependant, depuis quelque temps déjà, les différents secteurs reprennent graduellement leurs activités. L’objectif de ce document est de mettre en évidence les principaux éléments à considérer lors de la planification des aménagements qui seront nécessaires au moment de la reprise des activités pédagogiques en présentiel dans les milieux universitaires.

Attention

Ce document complète plusieurs publications et outils produits par la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST) et l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) pour assurer la reprise ou la poursuite des activités dans différents secteurs dans les conditions les plus sûres et les plus saines possible dans le contexte de la pandémie de la COVID-19 (liste en annexe).

Pour les activités de recherche, consulter la fiche Lignes directrices pour la réalisation sécuritaire des activités de recherche en présentiel dans les milieux universitaires québécois. Bien que les éléments présentés ici soient d’abord destinés à protéger la santé des travailleurs du milieu universitaire, la réflexion qui précède leur mise en œuvre vise également à protéger la santé des étudiants. Tous ont un rôle à jouer pour éviter la transmission du virus responsable de la COVID-19.

Portée et limites

Cette fiche n’a pas de valeur légale ni réglementaire. Elle vise uniquement à soutenir les milieux de travail dans la mise en place de moyens de prévention qui permettront de maintenir ou de reprendre de manière sécuritaire leurs activités dans le contexte de la pandémie actuelle. Certaines des recommandations présentées pourraient s’avérer inapplicables ou encore, nécessiter une adaptation selon le contexte particulier du milieu de travail. Dans tous les cas, le jugement professionnel devra être utilisé afin de définir et d'implanter les mesures les plus appropriées.

Les recommandations formulées ci-dessous s’appuient sur la littérature scientifique et technique la plus à jour. Puisque la situation et les connaissances sur le virus SRAS-CoV-2 (COVID-19) évoluent rapidement, ces recommandations sont sujettes à des mises à jour périodiques.

Structure de la fiche

La présente fiche aborde les éléments suivants :

  • Les consignes à transmettre à la communauté universitaire
  • L’entrée et la sortie (tous les accès aux bâtiments)
  • La circulation (escaliers, ascenseurs, couloirs, atrium, agora, etc.)
  • Les activités pédagogiques

1. Les consignes à transmettre à la communauté universitaire

De manière préalable, toute la communauté universitaire, employés, étudiants et visiteurs devraient être informés des consignes sanitaires en vigueur et applicables à leur région.

Le plan de communication doit préciser l’importance du rôle de chacun pour aider à préserver la santé et la sécurité de tous.

Consignes sanitaires et de distanciation physique pour réduire le risque de transmission communautaire au minimum :

  • Les membres de la communauté universitaire et les visiteurs qui présentent des symptômes de la COVID-19 ne pourront être admis sur le campus et devront s’isoler.
  • Se laver souvent les mains avec de l’eau et du savon pendant au moins 20 secondes, notamment à l’entrée et à la sortie des différents locaux, après avoir touché les surfaces fréquemment touchées, avant et après les pauses et les repas, lors du passage aux toilettes et avant de fumer. Vous pouvez aussi utiliser une solution hydroalcoolique (au moins 60 % d’alcool).
  • Éviter de se toucher les yeux, le nez ou la bouche avec les mains.
  • Respecter l’étiquette respiratoire : tousser ou éternuer dans son coude replié ou utiliser un papier-mouchoir. Jeter immédiatement les papiers-mouchoirs utilisés dans une poubelle et se laver les mains.
  • Porter obligatoirement un masque ou un couvre-visage pour circuler dans les lieux publics fermés, selon les directives du Gouvernement du Québec.
  • Éviter les salutations d’usage qui exigent un contact physique, comme les poignées de main ou les accolades.
  • Éviter le partage des articles personnels, comme les cellulaires, les stylos, les ordinateurs portables ou les tablettes.
  • Respecter, lorsque possible, les consignes de distanciation physique.
  • Pour tous les employés de l’université exécutant une tâche ne permettant pas de respecter les consignes de distanciation physique, les recommandations du guide des normes sanitaires en milieu de travail de la CNESST doivent être suivies.

2. L’entrée et la sortie des bâtiments

  • Désigner des accès pour entrer et sortir des bâtiments en évitant les goulots d’étranglement (décalage des heures d’entrée et de sortie pour certaines activités).
  • Aménager des accès sans contact pour faciliter la fluidité des déplacements.
  • Afficher les consignes sanitaires et de distanciation physique de manière visible à l’entrée des bâtiments et dans des endroits névralgiques (installations sanitaires, couloirs principaux).
  • Prévoir la présence d’agents de sensibilisation pour distribuer des couvre-visages à la communauté étudiante et rappeler l’importance du respect des consignes sanitaires et de distanciation physique.
  • Installer des stations de nettoyage des mains avec distributeur de solution hydroalcoolique. Les stations de nettoyage des mains ne devraient pas contribuer à créer des attroupements ou un goulot d’étranglement.
  • Exiger le port du masque ou du couvre-visage pour circuler dans les lieux publics fermés, selon les directives du Gouvernement du Québec.

3. La circulation (escaliers, ascenseurs, couloirs, atrium, agora, etc.)

  • Organiser des plans de circulation en privilégiant les trajets qui permettent le plus possible de respecter les consignes de distanciation physique.
  • Assurer la signalisation des trajets ainsi que le sens privilégié de circulation.
  • Afficher les consignes sanitaires et de distanciation physique de manière visible sur les portes des cages d’escaliers, près des ascenseurs, dans les couloirs et dans les espaces communs.
  • Prévoir la présence d’agents de sensibilisation pour rappeler l’importance du respect des consignes sanitaires et de distanciation physique.
  • Installer des stations de nettoyage des mains avec distributeur de solution hydroalcoolique. Les stations de nettoyage des mains ne devraient pas contribuer à créer des attroupements ou un goulot d’étranglement.
  • Exiger le port du masque ou du couvre-visage pour circuler dans les lieux publics fermés, selon les directives du Gouvernement du Québec.
  • Prévoir une quantité suffisante de savon et de papier sèche-mains, ainsi que des poubelles sans contact dans les salles de toilettes.
  • Nettoyer et désinfecter les lieux de circulation et les aires communes. Porter une attention particulière au mobilier et aux objets touchés fréquemment (poignées de porte, surfaces des portes, rampes d’escalier, boutons d’ascenseur, fontaines d’eau, chaises et tables dans les aires communes, etc.).
  • Encourager l’utilisation des escaliers, tout en respectant les consignes de distanciation physique.
  • L’accès aux ascenseurs peut être maintenu. Respecter les consignes de distanciation physique entre chaque utilisateur. Sinon :
    • Réduire le nombre d’utilisateurs au plus petit nombre nécessaire pour empêcher tout contact physique entre eux;
    • Afficher le nombre maximal de personnes à chaque porte d’ascenseur;
    • Prévoir des stations de nettoyage des mains avec distributeur de solution hydroalcoolique à proximité des ascenseurs;
    • Aviser les utilisateurs d’éviter tout contact physique;
    • Vérifier le système de ventilation des ascenseurs selon les normes en vigueur.

4. Les activités pédagogiques

  • Afficher les consignes sanitaires et de distanciation physique à la porte de chaque local.
  • Aménager des accès sans contact.
  • Aménager les locaux selon les consignes de distanciation physique : nombre d’étudiants, disposition des tables, chaises, etc.
  • Procéder à un réaménagement des activités pédagogiques lorsque les consignes de distanciation physique ne peuvent pas être respectées :
    • changement de locaux (utilisation de gymnases, d’amphithéâtres, etc.).
  • Adapter le déroulement des activités pédagogiques (alternance de la présence en classe, décalage des horaires, temps de cours, pause, utilisation d’une pédagogie mixte à distance et en présentiel, etc.).
  • Identifier les cours et les activités durant lesquels les consignes de distanciation physique ne pourront être respectées et où des contacts étroits et prolongés sont fréquents.Dans ces situations, évaluer la possibilité d’installer des barrières physiques. Sinon, fournir l’équipement de protection requis.
  • Restreindre le partage de matériel (ordinateurs, documents, instruments, téléphone, etc.) et préparer et faire connaître la procédure de nettoyage et de désinfection entre chaque utilisation (affichage près du matériel partagé, accès aux fournitures nécessaires).
  • Nettoyer et désinfecter les endroits touchés fréquemment dans les locaux (tables, comptoirs, chaises, poignées de porte, etc.) : Identifier les responsables, la procédure, la fréquence, les fournitures nécessaires, etc.
  • Vérifier et optimiser la ventilation selon les normes en vigueur.
  • Identifier et mettre à disposition le matériel sanitaire nécessaire pour certains cours ou activités et identifier la façon d’y avoir accès (responsable de la distribution, local, etc.).

Exemples de pistes de solutions

Situation exigée Exemples Pistes de solutions
En présence d’autres personnes, lorsque ...

les consignes de distanciation physique peuvent être respectées.

 

  • Grandes salles de type auditorium ou amphithéâtre, cours ou activités donnés à l’extérieur
  • Utiliser des outils de distanciation (microphones, haut-parleurs, caméras pour observation et enregistrements à distance).
  • Occupation d’une chaise sur deux.
  • Asseoir les auditeurs en alternance pour respecter les consignes de distanciation physique.
  • Ordinateur (clavier, souris), appareils divers pour travaux pratiques (pompes, thermomètres, appareils de laboratoire : spectromètres, microscopes, etc.)
  • Nettoyage et désinfection des surfaces fréquemment touchées des instruments ou des outils entre chaque utilisateur. Bien que le port des gants ne soit généralement pas recommandé, car il donne un faux sentiment de sécurité, ceux-ci devraient être portés, en se référant aux instructions du fabricant, s’ils font partie de l’équipement de protection normalement utilisé par le travailleur. Consulter le document de l’INSPQ : COVID-19 : Hiérarchie des mesures de contrôle en milieu de travail

les consignes de distanciation physique ne peuvent pas être respectées.

  • Activités dans des locaux de taille restreinte : petites salles de classe, laboratoire exigu d’informatique ou de travaux pratiques , etc.
  • Vérifier la possibilité de diminuer la durée des travaux pratiques ou de les tenir en petits sous-groupes.
  • Vérifier la possibilité d’augmenter la ventilation du local (nombre de changements d’air, ouverture des fenêtres).
  • Possibilité d’utiliser plus d’une salle pour le même cours ou activité, avec transmission informatique de la prestation d’enseignement et déplacement de l’enseignant entre les deux salles.
  • Évaluer la possibilité d’installer des barrières physiques (p. ex. : protecteur en polycarbonate).
  • Pour les étudiants, exiger minimalement le port du couvre-visage.
  • Pour tous les employés de l’université exécutant une tâche ne permettant pas de respecter les consignes de distanciation physique, les recommandations du guide des normes sanitaires en milieu de travail de la CNESST doivent être suivies.
  • Activités nécessitant la proximité des personnes : manipulation d’animaux pour examen vétérinaire, travaux pratiques en physiothérapie, etc.
  • Pour les étudiants, exiger minimalement le port du couvre-visage.
  • Pour tous les employés de l’université exécutant une tâche ne permettant pas de respecter les consignes de distanciation physique, les recommandations du guide des normes sanitaires en milieu de travail de la CNESST doivent être suivies.
  • Prévoir des distributeurs de solution hydroalcoolique ou de l’eau et du savon.
  • Activités nécessitant un contact physique avec des patients : travaux pratiques en sciences de la santé (p. ex. : soins dentaires) 
  • Respecter les consignes recommandées pour le personnel de la santé correspondant. Consulter le document de l’INSPQ : Prévention et contrôle des infections
  • Nettoyer et désinfecter les surfaces fréquemment touchées des instruments ou des outils entre chaque utilisateur. Bien que le port des gants ne soit généralement pas recommandé, car il donne un faux sentiment de sécurité, ceux-ci devraient être portés, en se référant aux instructions du fabricant, s’ils font partie de l’équipement de protection normalement utilisé par le travailleur. Consulter le document de l’INSPQ : COVID-19 : Hiérarchie des mesures de contrôle en milieu de travail.

ANNEXE : Liste de publications et d’outils utiles pour certaines activités en milieu universitaire 

Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST)

Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST)

Institut national de santé publique du Québec (INSPQ)

Santé au travail

Environnement et lieux publics 

 Ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS)

Une production de l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

  • Marie-Hélène Poirier, professionnelle scientifique, IRSST
  • France Labrèche, chercheuse senior, IRSST
  • Maud Gonella, professionnelle scientifique, IRSST

En collaboration avec le Bureau de coopération interuniversitaire (BCI)  

BCI

Cette fiche a été préparée par l’IRSST, en collaboration avec ses partenaires sociaux, représentants des employeurs et des travailleurs, et membres de son conseil scientifique.
IRSST
CPQ CSN FTQ

Nous tenons à remercier l’INSPQ et la CNESST pour leurs commentaires durant le processus de révision de cette fiche.