IRSST - Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

Fiches de l’IRSST concernant la COVID-19

Note : Les avis sont présentement en cours de révision.

La situation et les connaissances en lien avec la COVID-19 évoluent rapidement, nos recommandations sont sujettes à des mises à jour périodiques.
Consultez également les sites : CNESST, INSPQ et MSSS.

Conception du masque barrière de type communautaire (couvre-visage)

  • Version du : 02 septembre, 2020, 10:40

Conception du masque barrière de type communautaire (couvre-visage)

Cette fiche est destinée aux fabricants et distributeurs de masques barrière de type communautaire (couvre-visage).

Mise en contexte
Dans le contexte de la pandémie actuelle, le Guide de normes sanitaires en milieu de travail – COVID-19 de la CNESST prescrit le port d'un masque de procédure et d’une protection oculaire (lunettes de protection ou visière couvrant le visage jusqu’au menton) lorsque les consignes de distanciation physique ne peuvent être respectées. Dans l'éventualité de difficultés d'approvisionnement en masques de procédure, le masque barrière de type communautaire (nommé également « couvre-visage ») pourrait potentiellement contribuer à atténuer les risques de transmission du virus SRAS-CoV-2 en milieu de travail, dans la mesure où il serait autorisé par la CNESST. Afin de remplir efficacement son rôle, les matériaux utilisés pour la confection de ce type de masque doivent cependant respecter certains critères de performance. En aucun cas, le masque barrière de type communautaire ne doit se substituer aux autres mesures sanitaires recommandées par les autorités de santé publique. Il doit plutôt être considéré comme une mesure complémentaire.

Consultez également l'annexe Résultats des tests sur les matériaux pour la conception des masques barrières de type communautaire (couvre-visage).

Rappel

Les recommandations présentées dans cette fiche sont complémentaires aux documents COVID-19 : Port du couvre-visage ou du masque médical par la population générale et Avis sur le port de la visière et du couvre-visage par les travailleurs produits par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

Portée et limites

Cette fiche n’a pas de valeur légale ni réglementaire. Elle vise uniquement à soutenir les milieux de travail dans la mise en place de moyens de prévention qui permettront de maintenir ou de reprendre de manière sécuritaire leurs activités dans le contexte de la pandémie actuelle. Certaines des recommandations présentées pourraient s’avérer inapplicables ou encore, nécessiter une adaptation selon le contexte particulier du milieu de travail. Dans tous les cas, le jugement professionnel devra être utilisé afin de définir et d'implanter les mesures les plus appropriées.

Les recommandations formulées ci-dessous s’appuient sur la littérature scientifique et technique la plus à jour. Puisque la situation et les connaissances sur le virus SARS-CoV-2 (COVID-19) évoluent rapidement, ces recommandations sont sujettes à des mises à jour périodiques.

Description et conditions d’utilisation du masque barrière de type communautaire

Masque barrière de type communautaire

Un masque barrière de type communautaire est un couvre-visage, confectionné à partir de matière textile, tissée ou non, de façon à couvrir le nez et la bouche. Des lanières ou des courroies élastiques permettent de l'ajuster sur la tête. Son ajustement au visage dépend essentiellement du textile utilisé, de sa forme et de sa dimension.

Pourquoi devrait-on le porter ?

Le masque barrière de type communautaire, s’il rencontre certains critères d’efficacité, est une mesure permettant d'atténuer le risque de transmission du virus en limitant :

  • la dispersion dans l'air des sécrétions respiratoires produites en parlant ou en respirant;
  • la projection de particules par la bouche ou par le nez lors de toux et d’éternuements.

Important

protection d'autrui, pas de soi

Le masque barrière de type communautaire ne vise pas à protéger la personne qui le porte. Il sert à éviter que le porteur n’infecte son entourage.

Attention au faux sentiment de protection
Il est important d’informer et de sensibiliser l’utilisateur du masque barrière de type communautaire de sorte qu’il ne développe pas un faux sentiment de protection.

Ce type de masque n'est pas :

  • un masque de procédure;
  • un appareil de protection respiratoire (APR) ou un autre équipement de protection individuelle (EPI).

Continuer à appliquer les règles sanitaires

Toutes les personnes présentes dans les milieux de travail devraient respecter la distanciation physique maximale pouvant être mise en place (les projections de particules peuvent se propager sur une distance supérieure à 2 mètres selon les données scientifiques).
La distanciation physique minimale de 2 mètres doit être considérée comme l’une des mesures sanitaires à mettre en place. Son efficacité dépend toutefois de certains paramètres :

  • la ventilation et l’apport en air frais (nombre de changements d’air par heure);
  • la densité de la population (nombre de personnes dans un même lieu).

Il est également crucial de respecter les autres mesures sanitaires préconisées par les autorités de santé publique, notamment :

  • la réduction des contacts étroits entre les individus;
  • l’hygiène des mains et l’étiquette respiratoire ;
  • le nettoyage régulier et la désinfection des objets et des surfaces touchés fréquemment.

Critères de conception et de sélection du masque barrière de type communautaire

Design et confection

L’efficacité du masque barrière de type communautaire est très variable selon son design et sa confection. Il doit :

  • couvrir le nez et la bouche;
  • comprendre des élastiques ou des lanières pour maintenir le masque sur le visage;
  • être conçu de façon à maintenir sa forme durant la durée d'utilisation;
  • adhérer aux formes du visage afin de limiter les fuites sur le pourtour;
    • intégrer une bandelette (ou un fil métallique) ajustable au niveau du nez pour réduire les fuites vers les yeux et réduire la buée dans les lunettes. Cette bandelette (ou fil métallique) doit être recouverte d’un plastique sur toute sa longueur et à ses extrémités afin de résister au lavage, ne pas blesser le porteur ou perforer le masque.
  • être conçu de manière à ce que la bouche soit le moins possible collée sur le masque afin d'éviter de le mouiller et de le souiller;
  • ne pas comporter de couture devant la bouche et le nez;
  • le cas échant, doit être compatible avec le port d'équipements de protection individuelle (EPI) exigés dans le milieu de travail (p. ex. : lunettes, casque, protection auditive).

Sélection des matériaux

Les matériaux utilisés dans la confection du masque barrière de type communautaire doivent respecter certaines caractéristiques. Des tests de pulvérisation, de filtration et de respirabilité ont été effectués sur différents matériaux séparément dans le but d’identifier ceux qui répondent aux critères de performance recherchée (consulter l’annexe Résultats des tests sur les matériaux pour la conception des masques barrières de type communautaire (couvre-visage) qui présente une définition des critères de performance, la liste complète des matériaux testés et leur efficacité).

  • Le masque devrait être composé de plusieurs couches (trois ou quatre couches au total)
    • Une enveloppe constituée d’une couche intérieure et d’une couche extérieure, résistant mécaniquement à la manipulation.
    • Une couche permettant d’offrir la performance requise en termes d’efficacité de filtration.
    • Une couche permettant de résister à la pulvérisation. Dans certains cas, un seul matériau peut servir de couche filtrante et anti-pulvérisation.
      • La couche anti-pulvérisation ne devrait pas constituer la surface extérieure du masque.
  • L’ensemble des couches composant le masque doit offrir une respirabilité suffisante.
  • Les matériaux devraient résister à plusieurs cycles de lavage et ne pas rétrécir au lavage à l’eau chaude et au séchage;
    • Les couches filtrantes et résistantes à la pulvérisation peuvent être amovibles si elles sont à usage unique. Ces couches peuvent être « fixes » si elles résistent au lavage.
  • Les matériaux ne devraient pas être trop lourds pour réduire l’envie de retirer le masque lorsqu’il fait chaud et humide.

Mise en garde

Il appartient aux concepteurs de masques barrières de vérifier auprès des fabricants la composition des matériaux utilisés, ainsi que la présence de toute substance pouvant être toxique ou allergène. Cela est d’autant plus important pour l’utilisation de matériaux monocouche offrant de bonnes propriétés de résistance à la pulvérisation et à la filtration, comme les filtres d’aspirateurs HEPA. 

L’enveloppe du masque barrière peut être confectionnée de différents matériaux lavables comme le coton, le polypropylène non tissé, le polar ou les mélanges de coton/polyester. Dans tous les cas, le matériau composant la couche intérieure du masque ne doit pas être irritant pour la peau. D’autres matériaux doivent être insérés dans l’enveloppe pour atteindre les critères de performance de pulvérisation, de filtration et de respirabilité recherchés. Le tableau 1 présente une matrice de quelques matériaux tirés de l’annexe illustrant les possibilités de conception de la couche intérieure d’un masque barrière multicouche.

Matériaux

Pulvérisation

Filtration

Respirabilité

Lavable

Feuilles d’absorbants laminés, SMS en polypropylène
(ex : Rag Factory)

X

X

X

X

Matériaux filtrants de type MERV 11

X

X
(1-2 épaisseurs)

X

usage unique

Filti Face Mask Material

 

X
(1 épaisseur)

X

usage unique

Matériaux filtrants de type MERV-14 ou plus

X

X
(1-2 épaisseurs)

X

maintien 40% après 30 lavages

Lingettes industrielles (20% d’efficacité de filtration)*

 

X

X

 

Tableau 1 : Exemples de matériaux pouvant être utilisés pour la conception de la couche intérieure du masque barrière. * Efficacité de filtration minimale sur les graphiques en annexe

Les résultats des tests, selon les mêmes critères (voir annexe), qui ont été effectués sur des combinaisons de matériaux pour concevoir l’enveloppe du masque barrière, ainsi que sa couche filtrante et anti-pulvérisation sont présentés dans les tableaux 2 et 3. Le crochet vert () signifie que la combinaison de matériaux offre une bonne efficacité à la pulvérisation, à la filtration et à la respirabilité. Le point d’exclamation jaune indique () que l’efficacité est jugée acceptable.

Résultat

Enveloppe du masque

Couche filtrante et anti-pulvérisation intégrée au masque

Lavable

Coton ou
Polypropylène non tissé

2 couches de matériaux filtrants de type MERV-14

Oui

Mélange coton/polyester

4 couches de lingettes industrielles à 20 % d'efficacité de filtration

Oui

Polypropylène non tissé

1 couche absorbant laminé, SMS (40-50% d'efficacité de filtration)*

Oui

Coton

1 couche absorbant laminé, SMS (40-50% d'efficacité de filtration)*

Oui

Tableau 2 : Exemples de combinaison de matériaux pouvant servir à concevoir des masques barrières dont la couche filtrante et anti-pulvérisation est intégrée au masque

Résultat

Enveloppe du masque de type pochette

Couche filtrante et anti-pulvérisation
à usage unique

Lavable
Enveloppe / Couche filtrante

Coton

1 couche de Filti Face Mask Material

Oui / Non

Polypropylène non tissé

2 couches de matériaux filtrants de type MERV 11

Oui / Non

Tableau 3 : Exemples de combinaison de matériaux pouvant servir à concevoir des masques barrières avec une couche filtrante et anti-pulvérisation à usage unique

Utilisation et entretien du masque barrière de type communautaire

Durée d'utilisation

Changer le masque barrière de type communautaire lorsqu’il commence à être humide, qu’il est souillé ou de façon régulière (p. ex. : chaque deux ou trois heures) selon la nature de la tâche effectuée.

Comment mettre, utiliser et retirer le masque barrière de type communautaire

Les bénéfices du masque barrière de type communautaire dépendent fortement des précautions apportées à sa manipulation (consulter la fiche Masque de procédure – Comment le mettre et le retirer). Les précautions suivantes sont essentielles afin qu’il ne devienne pas un vecteur de contamination.

Comment mettre le masque :

  • se laver les mains;
  • positionner le masque propre sur le visage en le tenant par les courroies élastiques ou les lanières;
  • fixer le masque :
    • passer les courroies élastiques derrière les oreilles, ou
    • passer les courroies élastiques ou attacher les lanières derrière la tête, et le cou s’il y en a deux;
    • s’assurer du bon positionnement du masque sur le visage;
    • ajuster la position du masque sur le nez en modelant la bandelette ajustable;
    • passer le masque sous le menton;
    • s’assurer qu’il épouse bien le contour des joues;
  • se relaver les mains.

En cours d’utilisation :

  • si vous portez les mains au masque, se laver les mains par la suite;
  • ne pas retirer le masque pour parler à quelqu'un.

Comment retirer le masque :

  • se laver les mains;
  • retirer le masque :
    • selon le modèle, retirer les élastiques ou dénouer les lanières derrière la tête et le cou;
    • éviter que la surface externe du masque ne touche le visage et les mains;
  • mettre le masque dans une poubelle ou un sac identifié « masques sales »;
  • se relaver les mains.

Comment transporter et entreposer le masque barrière de type communautaire réutilisable

Utiliser deux sacs étanches, en plastique, avec fermeture à glissière (p. ex. : des sacs refermables pour la congélation ou à sandwich) :

  1. Pour transporter les masques propres utiliser un sac identifié « masques propres ».
  2. Pour transporter les masques sales (possiblement contaminés) utiliser un sac identifié « masques sales ». Nettoyer ce sac après usage ou le jeter.

Attention

Ne jamais réutiliser un masque barrière de type communautaire (couvre-visage) souillé et potentiellement contaminé sans l’avoir lavé.

Instructions d’entretien et d’entreposage

  • Dès l'arrivée à la maison, mettre les masques sales immédiatement dans la machine à laver et se laver les mains. Les masques doivent être lavés avec du détergent et à l’eau chaude.
  • Sécher complètement avant la réutilisation du masque barrière de type communautaire.
  • Inspecter et entretenir le masque barrière de type communautaire après le lavage selon les instructions du fabricant (p. ex. : état du textile, coutures et courroies élastiques ou lanières).
  • En attendant la prochaine utilisation, entreposer le masque dans un sac identifié « masques propres », dans un endroit tempéré et sec, à l’abri de toute source de contamination.

Une production de l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

  • Geneviève Marchand, chercheuse, microbiologiste agréée et biochimiste, IRSST
  • Loïc Wingert, professionnel scientifique, IRSST
  • René Dufresne, professionnel scientifique, IRSST
  • Capucine Ouellet, professionnelle scientifique, IRSST

Remerciements

  • Alireza Saidi, chercheur, IRSST
  • Luiz Melo, professionnel scientifique, IRSST
  • Michelle Secours, Frëtt Solutions
Cette fiche a été préparée par l’IRSST, en collaboration avec ses partenaires sociaux, représentants des employeurs et des travailleurs, et membres de son conseil scientifique.
IRSST
CPQ CSN FTQ

Nous tenons à remercier l’INSPQ et la CNESST pour leurs commentaires durant le processus de révision de cette fiche.