IRSST - Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

Avis, recommandations et outils de l'IRSST concernant la COVID-19

Note : Les avis sont présentement en cours de révision.

Services de buanderie : risques de transmission du virus responsable de la COVID-19 et pistes d’action

  • Version du : 26 mai, 2020, 07:30

Services de buanderie : risques de transmission du virus responsable de la COVID-19 et pistes d’action

Ce document est destiné aux gestionnaires et aux travailleurs des services publics de buanderie desservant le secteur de la santé et des services sociaux.

Les travailleurs des services de buanderie sont des acteurs essentiels pour soutenir le secteur de la santé et des services sociaux dans la lutte contre la COVID-19.

La mécanisation du traitement de la literie et des vêtements par l’utilisation des tunnels de lavage, que l’on retrouve principalement dans les services de buanderies régionales, permet de réduire considérablement les manipulations que le personnel aura à effectuer avec le linge souillé.

Les autres types d’équipements, soient les laveuses à double chargement ou les laveuses commerciales, nécessitent cependant une certaine manipulation de la literie et des vêtements souillés de la part du personnel de ces buanderies.

Il s’avère que les employés qui ont à manipuler, à trier, à transporter ou à laver de la literie ou des vêtements ayant été en contact avec une personne infectée par le virus SARS-CoV-2 responsable de la COVID-19, seraient potentiellement à risque d’être contaminés.

L’objectif de ce document est d’informer les gestionnaires et les travailleurs des services publics de buanderie desservant le secteur de la santé et des services sociaux sur les risques de transmission du virus responsable de la COVID-19 et de proposer des recommandations afin de réduire ces risques.

Rappel

Les recommandations présentées dans ce document sont complémentaires aux documents suivants produits par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ, 2020):

Portée et limites

Cette fiche n’a pas de valeur légale ni réglementaire. Elle vise uniquement à soutenir les milieux de travail dans la mise en place de moyens de prévention qui permettront de maintenir ou de reprendre de manière sécuritaire leurs activités dans le contexte de la pandémie actuelle. Certaines des recommandations présentées pourraient s’avérer inapplicables ou encore, nécessiter une adaptation selon le contexte particulier du milieu de travail. Dans tous les cas, le jugement professionnel devra être utilisé afin de définir et d'implanter les mesures les plus appropriées.

Les recommandations formulées ci-dessous s’appuient sur la littérature scientifique et technique la plus à jour. Puisque la situation et les connaissances sur le virus SARS-CoV-2 (COVID-19) évoluent rapidement, ces recommandations sont sujettes à des mises à jour périodiques.

Transmission potentielle du virus par le biais de linge souillé

Le virus peut survivre sur différentes surfaces de quelques heures à quelques jours et bien qu'il n'y ait pas de données spécifiques sur la survie du virus SARS-CoV-2 sur les tissus, l’information disponible sur les coronavirus en général suggère que la contamination des tissus pourrait être un mode potentiel de transmission du virus.

La présence de liquides biologiques sur le linge est un facteur de risque supplémentaire considérant que le virus viable a été détecté dans le sang, l'urine et les fèces, trois liquides biologiques fréquemment retrouvés sur la literie et les vêtements.

Pour l’instant, il demeure plusieurs incertitudes quant à la transmissibilité du virus par les liquides biologiques, cependant le risque ne peut pas être écarté.

Concernant les uniformes de travail, il ne semble pas y avoir de lignes directrices claires de la part des organisations internationales sur leur contamination en milieu de travail et la possibilité de rapporter le virus à la maison.

Il est recommandé de transporter le linge souillé vers la buanderie dans des sacs fermés. Il s’avère cependant que les sacs utilisés pour le transport sont principalement faits de nylon et deviennent facilement imbibés de liquides, ce qui n’est pas optimal dans le contexte de la COVID-19.

Recommandations pour réduire le risque de contamination lors de la manutention, du transport et du lavage dans les services de buanderie

Gestion de la literie et des vêtements contaminés au SARS-CoV-2 et transport vers la buanderie

  • Identifier clairement les articles souillés et contaminés par le virus, comme les sacs de linge et les chariots de transport, afin qu’un traitement particulier leur soit réservé. Utiliser des sacs faits d’un matériau imperméable et fermés hermétiquement dans le cas d’articles très souillés. Une autre possibilité est de doubler les sacs de linge.

    Le personnel responsable de manutentionner et de transporter ces articles vers la buanderie devrait porter les équipements de protection individuelle (ÉPI) suivants :
    • gants : nitrile ou latex (si possible, superposer les gants antiperforation avec des gants de nitrile ou de latex);
    • masque de protection adapté au risque encouru par le personnel qui manipule le linge souillé;
    • protection oculaire : lunettes ou visière;
    • vêtements : survêtement à manche longue (p. ex. : sarrau) et tablier imperméable si le survêtement ne l’est pas;
    • chaussures : bottes ou souliers fermés.
  • Manutentionner et transporter le matériel vers la buanderie en évitant la contamination indirecte de la literie et du matériel régulier ainsi que des surfaces comme les murs ou les planchers :
    • Utiliser des chariots dédiés au transport des sacs de linge souillé;
    • Recouvrir les chariots d’une bâche ou d’un drap contour;
    • Prédéterminer le trajet des chariots contaminés;
    • Privilégier l’utilisation du monte-charge plutôt que de la chute à linge;
    • Nettoyer et désinfecter l’intérieur des camions de transport ou autre véhicule de transport à l’interne (tire-chariots électriques, transpalettes électriques, véhicules électriques pour le déplacement des chariots, etc.).

En zone souillée

  • Prévoir un horaire où seulement les articles souillés et contaminés seront lavés.
  • Attitrer un ou plusieurs travailleurs à la zone « souillée » en évitant les rotations de poste.

    Les ÉPI recommandés pour les travailleurs qui manipulent du linge souillé et contaminé :
    • gants : nitrile ou latex (si possible, superposer les gants antiperforation avec des gants de nitrile ou de latex);
    • masque de protection adapté au risque encouru par le personnel qui manipule le linge souillé (mise en tunnel ou chargement manuel des machines). Pour aider la prise de décision concernant le choix de la protection, se référer à l’outil de l’IRSST;
    • protection oculaire : lunettes ou visière;
    • vêtements : survêtement à manche longue (p. ex. : sarrau) et tablier imperméable si le survêtement ne l’est pas;
    • chaussures : bottes ou souliers fermés.
  • Éviter de secouer la literie.
  • Laver la literie et les vêtements avec du détergent et de l’eau chaude.
  • Suivre une procédure rigoureuse de nettoyage et de désinfection des articles contaminés comme les chariots de linge, les portes de laveuses et de sécheuses, les hublots de laveuses, l’intérieur de la cabine des camions de transport (volant, levier de vitesses, boutons et télécommandes des vitres, de la radio, etc.) ou les autres véhicules de transport à l’interne.

En zone propre

  • Porter les ÉPI adéquats selon le poste de travail, dont le masque-barrière lorsque la consigne de distanciation physique minimale de deux mètres ne peut pas être respectée avec les autres travailleurs.
  • Augmenter également la fréquence du nettoyage et de la désinfection des surfaces et des équipements dans la zone propre, comme les sacs de linge et les chariots de transport.
  • Prédéterminer le trajet pour le retour des sacs de linge lavés sur les étages et dans les unités de soins (horaire d’utilisation de l’ascenseur ou du monte-charge, par exemple)

Contexte de travail

La mise en application des procédures d’hygiène et de sécurité nommées dans ce document est essentielle à la prévention des risques de transmission du virus responsable de la COVID-19. Pour favoriser leur application, des pistes de solution existent (formations adaptées à la tâche, accès aisé aux ÉPI, organisation du travail qui favorise la distanciation physique, etc.). En plus, il est préférable de créer des occasions pour discuter des entraves avec les travailleurs, par exemple, lors des formations aux postes et lors des rencontres d’information quotidiennes. Ces échanges peuvent aider à comprendre et à cibler la cause des écarts entre les pratiques et les recommandations et identifier collectivement des solutions adaptées au contexte.

Compléments d’information

Références

Han, Y. et Yang, H. (2020). The transmission and diagnosis of 2019 novel coronavirus infection disease (COVID-19): A Chinese perspective. Journal of Medical Virology, 92(6), 639-644. doi: 10.1002/jmv.25749

Institut national de santé publique du Québec. (2020). COVID-19 : mesures pour les travailleurs dans le secteur du nettoyage à sec et des buanderies. Tiré de https://www.inspq.qc.ca/publications/2961-travailleurs-lavomats-buanderies-covid19

Institut national de santé publique du Québec (2020). COVID-19. : port d’un couvre-visage par la population générale. Tiré de https://www.inspq.qc.ca/sites/default/files/covid/2972-couvre-visage-population-covid19.pdf

Nascimento, A., Cuvelier, L., Mollo, V., Dicioccio, A. et Falzon, P. (2013). Construire la sécurité : du normatif à l’adaptatif. Dans P. Falzon (Édit.), Ergonomie constructive (p. 103-116). Paris, France: Presses universitaires de France.

Organisation mondiale de la Santé. (2020a). Maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) : questions-réponses. Tiré de https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/advice-for-public/q-a-coronaviruses

Organisation mondiale de la Santé. (2020b). Water, sanitation, hygiene and waste management for COVID-19. Tiré de https://www.who.int/publications-detail/water-sanitation-hygiene-and-waste-management-for-covid-19

Une production de l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

  • Marie Comeau, professionnelle scientifique, IRSST
  • Pamela Prud’homme, professionnelle scientifique, IRSST
  • Marie-Hélène Poirier, professionnelle scientifique, IRSST

Remerciements

  • Geneviève Marchand, chercheuse, microbiologiste agréée et biochimiste, IRSST
  • Guy Bertrand et Yves Cormier, conseillers à l’ASSTSAS
Cet avis a été préparé par l’IRSST, en collaboration avec ses partenaires sociaux, représentants des employeurs et des travailleurs, et membres de son conseil scientifique.
IRSST
CPQ CSN FTQ