IRSST - Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

Fiches de l’IRSST concernant la COVID-19

Note : Les avis sont présentement en cours de révision.

La situation et les connaissances en lien avec la COVID-19 évoluent rapidement, nos recommandations sont sujettes à des mises à jour périodiques.
Consultez également les sites : CNESST, INSPQ et MSSS.

Désinfection des appareils de protection respiratoire (APR) en élastomère réutilisables

  • Version du : 08 septembre, 2020, 10:00

Désinfection des appareils de protection respiratoire (APR) en élastomère réutilisables

Cette fiche est destinée aux administrateurs des programmes de protection respiratoire et aux gestionnaires des établissements de santé

Mise en contexte
Les appareils de protection respiratoire (APR) en élastomère réutilisables (masques complets et demi-masques) constituent une option à considérer pour la protection des travailleurs dans le cadre de la pandémie de la COVID-19. Lorsqu’ils sont utilisés adéquatement, ces APR permettent d’offrir des facteurs de protection équivalents ou supérieurs aux APR de type N95. Ils présentent aussi un grand intérêt pour pallier d’occasionnelles pénuries d’APR jetables de type N95. L’utilisation courante des APR en élastomère réutilisables dans les milieux des soins de santé a été jugée comme option viable par un groupe de travail indépendant lorsqu’un programme de protection respiratoire est en place1.

Portée et limites

Cette fiche n’a pas de valeur légale ni réglementaire. Elle vise uniquement à soutenir les milieux de travail dans la mise en place de moyens de prévention qui permettront de maintenir ou de reprendre de manière sécuritaire leurs activités dans le contexte de la pandémie actuelle. Certaines des recommandations présentées pourraient s’avérer inapplicables ou encore, nécessiter une adaptation selon le contexte particulier du milieu de travail. Dans tous les cas, le jugement professionnel devra être utilisé afin de définir et d'implanter les mesures les plus appropriées.

Les recommandations formulées ci-dessous s’appuient sur la littérature scientifique et technique la plus à jour. Puisque la situation et les connaissances sur le virus SARS-CoV-2 (COVID-19) évoluent rapidement, ces recommandations sont sujettes à des mises à jour périodiques.

Le Guide pratique de protection respiratoire 2 donne une description des différents appareils ainsi que leurs procédures d’utilisation. Une des clés de l’utilisation sécuritaire des APR réutilisables dans le contexte d’une protection respiratoire contre le coronavirus SRAS-CoV-2 (responsable de la COVID-19) est le programme d’entretien, de nettoyage et d’entreposage des APR. Tel que décrit dans le Guide pratique de protection respiratoire, le programme devrait contenir les points suivants :

  • nettoyage et désinfection des appareils de protection respiratoire;
  • vérification, mise à l’essai et réparation des appareils de protection respiratoire;
  • entreposage;
  • tenue des registres.

La section 6.1 du Guide pratique de protection respiratoire porte sur le nettoyage des APR. Les appareils de protection respiratoire devraient être nettoyés et désinfectés régulièrement, selon une procédure établie ou selon les recommandations du fabricant.

La procédure proposée dans le Guide pratique de protection respiratoire, inspirée de celle présentée par OSHA3, a été modifiée afin de tenir compte du danger du coronavirus SARS-CoV-2. La procédure s’inspire des méthodes présentées par Lawrence et al. (2017)4, Bessesen et al. (2015)5, du guide de désinfection et de stérilisation dans le milieu des soins de santéprésenté par les Centers for Disease Control (CDC)6 des États-Unis eet des notes techniques de la compagnie 3M en lien avec les procédures et éléments clés de l’étape de nettoyage et désinfection des APR en lien avec la COVID-197.

En tout temps, les procédures d'inspection, d'installation, d'essais d'étanchéité et de retrait doivent être respectées et conformes aux directives de votre établissement.

Permalien de la vidéo

Procédure de nettoyage des appareils de protection respiratoire en élastomère réutilisables utilisés dans le cadre de la COVID-19

Retirer l'APR dans la zone propre avec des gants propres.

  1. a) Retirer les boîtiers P100 de l’APR et les mettre de côté sur une lingette jetable imbibée d’hypochlorite de sodium.
    b) Retirer les filtres à particules (type beigne) P100 de l’APR et les mettre dans un sac pour autoclave.
  2. Laver l’APR en l’immergeant dans de l’eau tiède (43 °C maximum) avec un détergent doux ou tout nettoyant recommandé par le fabricant. Frotter avec une brosse molle durant une minute. Ne pas utiliser de nettoyants contenant de la lanoline ou d’autres huiles et ne pas utiliser de brosse en fils métalliques.
  3. Rincer les pièces à l’eau courante tiède.
  4. L’APR devra ensuite être immergé durant une minute au minimum dans une solution d’hypochlorite de sodium (5000 ppm, voir encadré) pour être désinfecté. Plonger l’APR face vers le bas pour éviter la formation de bulle d’air dans le masque. Tourner l’APR afin de libérer les bulles d’air résiduelles.
    La solution d’hypochlorite (environ 5000 ppm de chlore disponible) peut être faite en ajoutant 100 ml d’eau de Javel (5 %) dans 900 ml d’eau tiède. Les concentrations des eaux de Javel commerciales et industrielles étant variables, il est conseillé d’utiliser l’utilitaire ontarien en ligne afin de valider les volumes nécessaires pour faire la solution : https://www.publichealthontario.ca/fr/health-topics/environmental-occupational-health/water-quality/chlorine-dilution-calculator

    Note: 1% équivaut à 10 000 ppm
  5. Rincer l’APR rigoureusement avec de l’eau courante tiède durant un minimum de deux minutes. Égoutter. Il est important de bien rincer, car les savons et les désinfectants qui sèchent sur les pièces de l’APR peuvent être irritants pour la peau et causer des dermatites. En plus, certains peuvent détériorer le caoutchouc ou corroder les parties métalliques.
  6. L’APR doit être asséché avec un linge propre, un papier absorbant ou simplement à l’air dans un endroit propre.
  7. Conserver dans un contenant propre non hermétique pour ne pas conserver l'humidité.
  8. Suivre la procédure d'inspection et l'installation de l'APR. Vérifier son étanchéité à chaque utilisation.
    Note : bien que l'eau de javel puisse provoquer une usure prématurée des élastiques, la procédure ne recommande pas de les retirer pour faciliter son application en cas de pandémie.

Éléments à considérer en lien avec la sélection et l’entretien des filtres à particules des APR en élastomère réutilisables

  • Toutes les classes de filtres à particules sont utilisables.
  • Bien que la réutilisation des filtres ne soit normalement pas recommandée pour les agents infectieux, en cas de pandémie et afin de ne pas rencontrer une pénurie cette option est proposée.
  • Puisque 3M indique qu’il est peu probable dans les établissements de soins de santé que les filtres se colmatent dû à une surcharge de particules, il faut baser la décision du remplacement des filtres sur des considérations en lien avec la prévention des infections. 3M rappelle qu’un APR est utilisé pour filtrer les contaminants de l’air, donc, les contaminants seront concentrés sur le filtre lui-même. 3M donne des éléments de réponses sur la fréquence de remplacement dans sa fiche sur les PAPR8, mais laisse la décision finale à l’utilisateur dans le cas d’une réutilisation pour protéger les travailleurs contre le SARS-CoV-2.

Procédure de nettoyage des boitiers des filtres à particules pour les APR en élastomère réutilisables

  1. Reprendre les boîtiers P100 qui ont été déposés sur la lingette humide durant le nettoyage de l'APR.
  2. Frotter doucement les surfaces externes du boîtier avec un chiffon ou une lingette imbibés d’un désinfectant. Des essais effectués à l’IRSST sur des boitiers P100 7093 de 3M ont démontré que 20 nettoyages successifs avec de l’hypochlorite de sodium 5000 ppm ne changeaient pas la performance de filtration ou d’étanchéité des boîtiers (testés par essais d’ajustement quantitatifs). Choisir un désinfectant dans la liste des produits efficaces contre le virus du SRAS-CoV-2 recommandé par l'EPA. Il faut s'assurer que les temps de contact soient respectés (ex. pour l’hypochlorite de sodium 5000 ppm de chlore disponible, le temps de contact doit être au minimum d'une minute. Par conséquent, la surface à désinfecter doit demeurer « mouillée » en frottant pendant une minute).
  3. Rincer avec un linge propre imbibé d'eau.

Attention

S’assurer que des liquides n'entrent pas en contact avec le média filtrant à l'intérieur du boitier, car ceci pourrait affecter l'efficacité de filtration.

  1. Essuyer avec un linge sec ou sécher à l’air dans un endroit propre.
  2. Conserver dans un contenant (neuf, propre et bien entretenu), non hermétique séparément de l’APR.

Attention

L’utilisation d’alcool dénaturé (éthanol + méthanol) est déconseillée, car il semble endommager le plastique des boîtiers et par la même occasion la capacité de faire l'essai d'étanchéité par pression négative. Les lingettes commerciales déjà imbibées de désinfectant peuvent rendre le boîtier inutilisable en raison d’une forte odeur résiduelle. Trop de fragrances se dégagent dans le masque.

Procédure d'autoclave pour les filtres à particules de type beigne pour les APR en élastomère réutilisables

Reprendre les sacs d'autoclaves contenant les filtres à particules de type beigne et les mettre à l'autoclave pour une durée de 50 minutes. L'utilisation d'indicateurs biologiques de stérilisation permet d'évaluer l'efficacité du procédé.

Note

Des essais effectués à l'IRSST sur des filtres à particules P100 de type beigne rose (2091 de 3M) ont démontré que 20 passages successifs à l'autoclave (121 oC 15 psi) ne changeaient pas la performance de filtration (testés sur un banc d'efficacité de filtration). Notons qu’aucune évaluation n’a été faite sur les filtres à particules P100 de 3M concernant l’efficacité de l’élimination de la charge infectieuse par autoclavage. En l’absence de cette évaluation et dans le cadre d’une utilisation dans les milieux de soins, le Centre d’expertise en retraitement des dispositifs médicaux (CERDM) de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) recommande de suivre les instructions de 3M et donc de les jeter après utilisation. 

Références

1[1] National Academies of Sciences, Engineering, and Medicine. (2019). Reusable elastomeric respirators in health care: Considerations for routine and surge use. Tiré de https://www.nap.edu/catalog/25275/reusable-elastomeric-respirators-in-health-care-considerations-for-routine-and

2[2] Lara, J. et Vennes, M. (2003). Guide pratique de protection respiratoire (2e éd.). Tiré de https://www.cnesst.gouv.qc.ca/Publications/200/Documents/DC200_1635web.pdf

3[3] Occupational Safety and Health Administration. (s.d.). Respiratory protection. Dans OSHA technical manual. Washington, DC: OSHA.

4[4] Bessesen, M. T., Adams, J. C., Radonovich, L. et Anderson, J. (2015). Disinfection of reusable elastomeric respirators by health care workers: a feasibility study and development of standard operating procedures. American Journal of Infection Control, 43(6), 629-634.

5[5] Bessesen, M. T., Adams, J. C., Radonovich, L. et Anderson, J. (2015). Disinfection of reusable elastomeric respirators by health care workers: a feasibility study and development of standard operating procedures. American Journal of Infection Control, 43(6), 629-634.

6[6] Rutala, W.A., Weber, D.J. et The Healthcare Infection Control Practices Advisory Committee. (2019). Guideline for disinfection and sterilization in healthcare facilities. Tiré de https://www.cdc.gov/infectioncontrol/pdf/guidelines/disinfection-guidelines-H.pdf

7[7] 3M. (2020). Personal safety division cleaning and disinfecting 3M reusable elastomeric half and full facepiece respirators following potential exposure to coronaviruses. Tiré de https://multimedia.3m.com/mws/media/1793959O/cleaning-and-disinfecting-3m-reusable-respirators-following-potential-exposure-to-coronaviruses.pdf

8[8] 3M. (2020). Cleaning and disinfecting 3M Versaflo powered air purifying respirators assemblies following potential exposure to coronaviruses. https://multimedia.3m.com/mws/media/1793956O/cleaning-and-disinfecting-3m-paprs-following-potential-exposure-to-coronaviruses.pdf

Une production de l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

  • Geneviève Marchand, chercheuse, microbiologiste agréée et biochimiste, IRSST
  • Maximilien Debia, chercheur et professeur agrégé au département de santé environnementale et santé au travail de l'école de santé publique de l'Université de Montréal, Centre de recherche en santé publique (CReSP)
  • Loïc Wingert, professionnel scientifique, IRSST
  • Simon Aubin, professionnel scientifique, Chimiste, IRSST
  • Nancy Lacombe, technicienne de laboratoire, Microbiologie, IRSST
Cette fiche a été préparée par l’IRSST, en collaboration avec ses partenaires sociaux, représentants des employeurs et des travailleurs, et membres de son conseil scientifique.
IRSST
CPQ CSN FTQ