IRSST - Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

Travailleurs avec déchirure de la coiffe des rotateurs et asymptomatiques : Corrélation entre des paramètres morphoanthropométriques et d’imagerie diagnostique et la fonction de l’épaule

Résumé

Les problèmes chroniques de douleur et de perte de fonction de l’épaule touchent jusqu’à 20 % des adultes. Au Québec, l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST) rapporte que les troubles musculosquelettiques constituent près de 37 % des lésions professionnelles indemnisées par la CSST[1] et génèrent plus de 40 % des coûts d’indemnisation. Des données internes de l’IRSST montrent que pour la période 2005-2007, les coûts totaux générés annuellement par les lésions aux épaules acceptées par la CSST atteignaient 393 204 738$ (Lebau et coll., 2014). Les syndromes de rupture de la coiffe des rotateurs et de tendinopathie comptent pour une large proportion (68 % dans le cas de tendinites) des jours indemnisés pour les dix lésions les plus fréquentes.

Ces indicateurs montrent l’importance du problème, mais mettent aussi en lumière deux autres aspects de ce phénomène : premièrement, il semble que les lésions à l’épaule nécessitent proportionnellement plus de temps pour retrouver une fonction adéquate et permettre un retour durable au travail ; deuxièmement, il en ressort que, proportionnellement, les travailleurs souffrant de blessures à l’épaule sont pris en charge de manière plus systématique par la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST). Cela témoigne de l’importance d’identifier rapidement les personnes à risque de développer des problèmes de fonction à l’épaule afin 1) d’orienter seulement les travailleurs qui en ont réellement besoin vers des programmes de réadaptation efficaces et adaptés et 2) d’optimiser l’approche de traitement. Ce dépistage précoce passe par une meilleure compréhension des liens existant entre différents paramètres intrinsèques qui corréleraient avec la fonction de l’épaule.

L’objectif général du présent projet est de faire des analyses de corrélation entre différents paramètres d’imagerie diagnostique, morphologiques, posturaux et de pseudo-cinématique et la fonction de l’épaule chez deux groupes de travailleurs avec et sans rupture de la coiffe pour tenter d’établir les déterminants de la fonction de l’épaule.

Les différentes analyses menées ont permis de vérifier certains liens entre la morphologie et la fonction de l’épaule. Nous avons pu démontrer que les travailleurs avec rupture transfixiante de la coiffe des rotateurs et infiltration graisseuse sévère avaient une pseudo-cinématique légèrement différente des travailleurs asymptomatiques de la même tranche d’âge. Bien que les résultats de ce projet ne soient pas directement applicables à ce jour, ils montrent bien l’intérêt de poursuivre l’analyse et de continuer à explorer les paramètres qui pourront démontrer un lien avec la fonction de l’épaule des travailleurs atteints de rupture de la coiffe des rotateurs.

Ce travail a permis, pour la première fois, de mener avec des images en pseudo-cinématique sous radiologie basse dose EOS® une étude d’envergure sur l’épaule.  Ainsi, la question du lien entre différents paramètres intrinsèques et la fonction de l’épaule a été approfondie.



[1] En janvier 2016, la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) est devenue la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST).

 

Informations complémentaires

Collection : Rapports scientifiques
Catégorie : Rapport de recherche
Auteur(s) :
  • Nicola Hagemeister
  • Neila Mezghani
  • Patrice Tétreault
  • Skalli Wafa
  • Nathalie Bureau
Projet de recherche : 2013-0068
Champ de recherche : Réadaptation au travail
Mis en ligne le : 14 octobre 2016
Format : Texte