IRSST - Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

Phase 1

Ancrage dans les besoins et les réalités des milieux et des utilisateurs visés

Objectifs

  • S'assurer que les projets de recherche soient arrimés avec les besoins et les réalités des milieux visés.
  • Favoriser une compréhension mutuelle (partenaires scientifiques et sociaux) des enjeux des milieux visés par la recherche et des réalités de celle-ci.
  • Susciter l’engagement des milieux visés comme parties prenantes à la réalisation de la recherche.
  • Permettre aux représentants des milieux concernés de prendre connaissance de l’intention de la recherche.

Cette première phase vise à alimenter les chercheurs en informations pratiques et à accroître leur connaissance des milieux, mais surtout à assurer le développement de projets qui répondent aux besoins des utilisateurs. Elle comprend deux étapes.

Étape 1 : Identification des besoins et définition du projet de recherche 

Cette étape vise :

  • à mieux comprendre les problématiques propres aux milieux de travail et aux intervenants en SST
  • à préciser avec eux les besoins et les enjeux les plus significatifs
  • à cerner des objets de recherche potentiels

afin que les projets de recherche soient

  • pertinents pour les milieux
  • cohérents avec les priorités de l’IRSST
  • réalisables du point de vue de la méthodologie retenue.

À cette étape, les chercheurs s’inspirent également de la documentation et des connaissances développées par la veille scientifique, la surveillance statistique et d’autres bilans de connaissances.

Exemple

Planification stratégique de recherche

Dans le cadre de sa planification stratégique de recherche, l’IRSST rencontre de nombreux représentants de différents secteurs d’activité pour connaître leurs préoccupations et priorités en matière de SST.

C’est lors de l’une de ces consultations que la question de la prévention des chutes et des glissades est ressortie comme un enjeu important. Par la suite, lors de rencontres avec les chercheurs du champ Prévention des risques mécaniques et physiques, des représentants du secteur de la sécurité publique ont exprimé leurs préoccupations à l’égard des chutes de plain-pied dans les conditions hivernales. Cette consultation a contribué au développement d’une programmation de recherche et à la mise en place d’un réseau de chercheurs québécois et canadiens sur le sujet.

Étape 2 : Vérification de l’adéquation entre les intentions de recherche et les besoins des milieux concernés

Cette seconde étape consiste en des échanges entre les chercheurs et les représentants des utilisateurs visés pour s’assurer de l'adéquation de l’intention d’une recherche et des besoins et enjeux définis lors de l’étape 1. Elle peut également être initiée par un chercheur pour valider auprès des milieux directement concernés la pertinence de déposer un projet. Cette étape devrait permettre de mieux préparer les partenaires aux suivantes dont celles de l’adaptation des résultats et de leur appropriation par les milieux.

Exemple

Les centres de traitement des eaux usées : état de la situation sur l’exposition des travailleurs aux bioaérosols

Les échanges avec les milieux concernés par la recherche sont porteurs d’une riche information pour réunir les meilleures conditions de succès des projets et obtenir des résultats qui seront utiles et utilisés.

Voici un exemple de l’éclairage de premier plan apporté par le comité de suivi, grâce à sa connaissance pratique des centres de traitement des eaux usées (CTEU), sur les choix méthodologiques à faire pour mesurer l’exposition des travailleurs aux bioaérosols.

L’environnement des CTEU est complexe à plusieurs égards. En effet, les différents sites de traitement représentent des risques variables en termes de nature et de concentration des bioaérosols ainsi que de type de travail effectué. Le comité a indiqué aux chercheurs les différents types de CTEU qui pourraient être étudiés ainsi que les postes de travail qu’on y retrouve.

Le Québec représente une situation particulière car les effets des saisons sur différents paramètres de ventilation des CTEU, le volume d’eau traitée et sa température pourraient sans doute être marqués. La contribution du comité a éte importante notamment en mettant en évidence la variabilité de cerains paramètres, ce qui a conduit à une modification de la méthodologie. La modification proposée a, de plus, permis d’accroître la solidité statistique de l’étude. Les membres du comité ont également suggéré de mesurer l’exposition des travailleurs à certaines substances chimiques, notamment le sulfure d’hydrogène, présent dans les CTEU et dont les effets sur la santé sont connus. Comme le projet visait également à documenter l’incidence de certaines maladies chez les travailleurs, cette suggestion a été bien accueillie par l’équipe.

Ainsi, lors de l’expression des besoins et de l’élaboration  d'un projet de recherche, les chercheurs et les partenaires interagissent pour s'assurer que celui-ci correspond aux réalités vécues par les utilisateurs potentiels. Cet ancrage, dès le début d'un projet, permet également de créer un contexte favorable à l’appropriation et à l’utilisation des résultats de la recherche par les différents milieux.

Si cette étape confirme l’intérêt de réaliser un projet, les partenaires visés par la proposition de recherche pourront :

  • Appuyer la proposition de recherche soumise à l'IRSST
  • Participer aux travaux du comité de suivi, s’il y en a un
  • Accompagner les chercheurs dans les travaux prévus à la seconde phase du cycle de recherche et de transfert des connaissances.