IRSST - Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

Le transfert des connaissances : partie intégrante de la recherche

L’IRSST privilégie le transfert des connaissances pour favoriser l’appropriation des résultats de la recherche par les milieux de travail et les autres utilisateurs visés. Il s’assure d’obtenir un effet réel sur la santé et la sécurité des travailleurs (SST). Considéré comme une priorité organisationnelle, le transfert des connaissances fait partie intégrante de la recherche à l'Institut.

Prendre en compte le potentiel de transfert de connaissances dès la planification d’un projet de recherche en assurant la participation active des parties prenantes, tout au long de la réalisation de la recherche permet, selon notre expérience, d’obtenir des retombées pour les milieux de travail .

Certaines conditions gagnantes favorisent la diffusion et le transfert des connaissances comme le démontre la littérature scientifique. Elles doivent être en place pour s’assurer que les représentants des utilisateurs (notamment les associations syndicales et patronales, les associations sectorielles paritaires, les travailleurs et les employeurs, les ordres et les associations professionnelles) s’approprient les résultats de la recherche.

En 2006, l’IRSST a élaboré son propre cadre de pratique du cycle de recherche et de transfert des connaissances. Son objectif : assurer une interaction continue entre les chercheurs et les utilisateurs tout au long du processus, soit de l’élaboration du projet jusqu’à l’exploitation des résultats. La mise en place d’un comité de suivi comme mécanisme de mise en œuvre du transfert des connaissances constitue une condition gagnante.

Le comité de suivi

Composé de personnes concernées par la recherche, le comité de suivi apporte sa connaissance des milieux de travail aux chercheurs lors de la définition, de l’élaboration et de la réalisation de la recherche, puis dans le transfert et l'application des résultats dans les milieux concernés et finalement dans l’évaluation des effets de ce transfert.

De façon plus spécifique, le comité de suivi contribue à l'atteinte des objectifs suivants :

  • que les projets de recherche répondent adéquatement aux besoins et aux préoccupations des milieux
  • que leur connaissance du milieu de travail permette de réunir les conditions optimales à la réalisation de la recherche
  • que les résultats obtenus soient utiles et utilisables par les milieux et que les moyens de les communiquer soient adaptés à leurs réalités
  • que le transfert des connaissances soit adéquatement pris en charge par les partenaires de telle sorte que tous les milieux concernés soient informés des résultats et puissent les appliquer
  • que l'évaluation des effets soit considérée afin que l'on puisse améliorer les façons de faire de la recherche et du transfert.

La présence d’un comité de suivi dépend de la nature de la recherche et de l'importance de l’engagement des partenaires. Sa composition et son rôle peuvent varier selon les projets et les phases du cycle de recherche et de transfert des connaissances et de l’état d’avancement des travaux de recherche.

La constitution d'un comité de suivi se fait en tenant compte des aspects suivants :

  • la recherche d’une représentation paritaire (représentants des employeurs et des travailleurs)
  • la représentativité des organismes qui pourront jouer un rôle de relayeurs
  • la diversité des points de vue.

Le cadre de pratique

Pour actualiser les pratiques de transfert de connaissances et s’assurer qu’elles se basent sur des interactions riches, fréquentes et continues entre chercheurs et utilisateurs, l’IRSST s’est doté, en 2006, d’un cadre de pratique.

Le cycle de recherche et de transfert des connaissances 

Le cycle de recherche et de transfert des connaissances comprend huit étapes que l'on peut regrouper en quatre grandes phases.

preliminaire phase 1 phase 2 phase 3 phase 4

Phase préliminaire | Phase 1 - Ancrage | Phase 2 - Recherche | Phase 3 - Transfert et application | Phase 4 - Évaluation des impacts

Le cycle de recherche et de transfert des connaissances est structuré autour de la construction et du maintien de réseaux de collaborateurs (partenaires scientifiques, membres du réseau de la SST et représentants des autres milieux concernés). Ces réseaux s’organisent selon des problématiques et des enjeux prioritaires en SST et des besoins des clientèles visées. Dans la dynamique du cycle, chacune des étapes est réalisée en interaction avec ces réseaux de collaborateurs.

Le service de valorisation

Une priorité organisationnelle

Depuis sa création en 1980, l’IRSST accorde une importance certaine au transfert de connaissances. L’objectif est de s’assurer d’une interaction continue entre les chercheurs et les utilisateurs en impliquant ces derniers tout au long du processus de la recherche, soit de l’élaboration et de la réalisation jusqu’à l’utilisation des résultats. Afin que le transfert de connaissances devienne une partie intégrante de la recherche, l’IRSST a mis sur pied une équipe de conseillers en valorisation de la recherche au sein de la direction des communications et de la valorisation de la recherche.

Rôle de l’équipe de conseillers

Cette équipe a notamment pour mandat de favoriser l’utilisation des résultats de la recherche dans les milieux de travail. Pour y arriver, elle s’est dotée d’un cadre de pratique qui favorise l’interaction entre les chercheurs et les utilisateurs tout au long du processus de la recherche et de l’utilisation des résultats. Il est structuré autour de la construction et du maintien de réseaux qui représentent tous les acteurs concernés (chercheurs, la CNESST, les associations syndicales et patronales, les associations sectorielles paritaires, les travailleurs et les employeurs, les ordres et les associations professionnelles).

La dynamique de cette approche est respectueuse du principe du paritarisme caractérisant les activités en SST au Québec.

Cette implication des partenaires à toutes les étapes de la recherche renforce l’idée que le transfert des connaissances ne peut se limiter à une simple diffusion des résultats.

Le mandat de l’équipe

Afin d’optimiser les activités de transfert et de valorisation de la recherche, un conseiller en valorisation de la recherche est assigné à chacun des champs de recherche. Le mandat de l’équipe est de favoriser l’utilisation des résultats de la recherche dans les milieux de travail en :

  • développant, maintenant et alimentant le réseau de partenaires
  • soutenant et favorisant les relations avec les partenaires
  • conseillant les chercheurs lors de  la définition et l’analyse des besoins de recherche
  • assurant l’implantation des stratégies de transfert de connaissances pour rendre utiles les résultats de la recherche pour les milieux.

Le rôle du conseiller en valorisation

Le conseiller en valorisation est le porteur de la dimension « transfert des connaissances » au sein de l’IRSST. Il assume différents rôles selon les phases du cycle de recherche et de transfert des connaissances. Il contribue à l’analyse des besoins des partenaires et leur transposition en intentions de recherche.

Il soutient les chercheurs tout au long du processus du projet de recherche et ce dès la préparation de demandes de subventions relatives aux aspects de valorisation (afin d'identifier le potentiel de transfert dès la conception d’un projet) et dans leur démarche auprès des partenaires des milieux. De plus, il assure le suivi du plan de transfert de connaissances et la mise en place, le démarrage et le pilotage du comité de suivi.

Le conseiller collabore à l’adaptation des résultats et au développement de collaborations avec nos partenaires pour assurer le suivi de la diffusion des résultats et l’évaluation des retombées. De plus, le conseiller initie des activités de valorisation pour des projets de recherche internes et externes.