IRSST - Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

Revue de la littérature sur les liens entre la surdité professionnelle et la presbyacousie

Résumé

À la demande de la Présidence-direction générale de l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST), une revue de la littérature a été réalisée pour répondre à une série de questions concernant le processus d’acquisition de la surdité professionnelle. L'objectif général du projet visait à documenter comment s'acquiert la surdité professionnelle en relation, plus particulièrement, avec la presbyacousie.

Cette revue de la littérature visait plus spécifiquement à 1) déterminer si l'exposition au bruit peut accélérer le processus de la presbyacousie; 2) établir si l'utilisation de facteurs de correction peut permettre de discriminer la surdité professionnelle de la presbyacousie; 3) évaluer comment évolue la surdité après l'arrêt de l'exposition à un bruit excessif au travail.

Une trentaine d’études publiées depuis 2000, réalisées auprès de sujets humains ou avec des modèles animaux, ont été analysées. Les études animales démontrent clairement que l’exposition au bruit accélère le processus d’acquisition de la presbyacousie. Les études humaines présentent des résultats qui vont dans le même sens. Plusieurs auteurs suggèrent d’ailleurs de modifier le concept classique de la presbyacousie liant ce type de perte auditive au seul effet du vieillissement par un concept proposant plutôt que la perte auditive observée avec l’âge est la résultante d’un effet cumulatif et synergique de facteurs de risque d’atteinte à l’audition, parmi lesquels on trouve l’exposition au bruit.

Les données récentes, examinées dans cette revue de la littérature, remettent en cause la valeur des facteurs de correction basés sur la prémisse que la lente dégradation des seuils auditifs est uniquement attribuable à un facteur de vieillissement intrinsèque, alors que des preuves existent voulant qu’une part de cette atteinte pourrait bien venir de l’exposition au bruit. Par ailleurs, chez le modèle animal, une dégénérescence des structures anatomiques liées à l’audition a été observée plusieurs mois, voire plusieurs années, après l’arrêt de l’exposition au bruit. Certaines études démontrent d’ailleurs que l’atteinte continue de progresser au-delà du simple effet du vieillissement. Bien qu’il n’y ait pas, pour le moment, d’études longitudinales de même nature chez l’humain, les recherches en ce sens progressent rapidement.

Informations complémentaires

Collection : Rapports scientifiques
Catégorie : Rapport de recherche
Auteur(s) :
  • Tony Leroux
  • Alexis Pinsonnault-Skvarenina
Mis en ligne le : 11 juin 2018
Format : Texte