IRSST - Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

Return-to-Work Coordination Practices of Large Organizations in Québec

Sommaire

Chaque année, un nombre considérable de travailleurs doit s’absenter du travail en raison de problèmes de santé physique ou mentale. Parmi ceux-ci, un certain nombre éprouvera de la difficulté à réintégrer le travail et devra s’absenter de façon prolongée. Ces difficultés sont dénommées « incapacité au travail ». Étant donné l’ampleur des coûts humains et financiers qu’occasionnent ces problèmes de santé, plusieurs stratégies ont été proposées dans le but de faciliter le retour au travail. Ainsi, plusieurs études ont démontré que la présence d’un coordonnateur de retour au travail (CoRAT) permettait de réduire les incapacités prolongées et les coûts associés. Le CoRAT est un professionnel qui facilite le retour au travail d’un travailleur présentant une incapacité au travail, et ce, en œuvrant de pair avec les différents acteurs qui peuvent être impliqués dans le processus (supérieur ou gestionnaire immédiat, représentant syndical, professionnels de la santé, assureur, etc.). Bien que la coordination du retour au travail soit préconisée dans plusieurs écrits scientifiques, la réalité du Québec sur de telles pratiques demeure largement inconnue.

L’objectif général de cette étude consistait à décrire les pratiques des personnes impliquées dans la coordination du retour au travail dans de grandes organisations privées et publiques au Québec. Le premier objectif spécifique était de décrire les personnes impliquées dans la coordination du retour au travail, ainsi que les organisations pour lesquelles elles travaillent. Le deuxième objectif spécifique était de décrire les tâches et activités réalisées par ces personnes, identifier les acteurs avec lesquels elles sont appelées à collaborer, ainsi qu’établir les qualités et aptitudes requises pour effectuer la coordination du retour au travail. Enfin, le troisième objectif spécifique était d’explorer les leviers et les obstacles à l’accomplissement des tâches et activités, de même que ceux associés au retour au travail.

Une liste des organisations privées et publiques potentiellement admissibles, soit celles comptant au moins 500 employés au Québec, a été constituée à partir de différents sites internet. Parmi les 652 organisations répertoriées, 471 se sont avérées admissibles à la suite d’un contact téléphonique. Du lot, 327 personnes assumant le rôle de CoRAT ont accepté de fournir leur courriel afin qu’une invitation à répondre à un sondage en ligne (programmé dans SurveyMonkey) leur soit envoyée. Au bout du compte, 195 ont répondu à toutes les questions de ce sondage. Ce dernier comptait plusieurs questions en lien avec chacun des objectifs spécifiques. Des analyses bivariées et multivariées ont été effectuées dans la version 18 du logiciel de statistique PASW.

En ce qui concerne l’objectif spécifique 1, le portrait type du CoRAT a été établi : une femme, âgée entre 35 et 54 ans, titulaire d’un diplôme universitaire et active dans le domaine de la coordination du retour au travail depuis près de 13 ans. Un constat étonnant est le fait que le mot « invalidité » soit très peu présent dans le libellé des titres d’emploi des CoRAT, sans compter que l’expression « retour au travail » en soit totalement absente. Pour ce qui est des organisations sondées, environ la moitié d’entre elles fait appel à une firme externe dans le cadre de la gestion de l’invalidité. De plus, les troubles musculosquelettiques et de santé mentale sont quasi ex aequo en termes de motif d’absence le plus important et le taux d’absence rapporté se situe rarement à plus de 10 %.

En ce qui concerne l’objectif spécifique 2, les résultats obtenus ont permis de mettre en lumière que les personnes ayant un rôle de CoRAT dans de grandes organisations au Québec sont appelées à réaliser un nombre important de tâches et d’activités de nature variée. Plusieurs associations significatives ont été relevées entre l’intensité de mise en application des tâches et activités et les caractéristiques des CoRAT ou celles des organisations. Les analyses de régression ont cependant mis en lumière que le fait de posséder une formation en soins infirmiers ou en santé et sécurité du travail (SST) est une caractéristique des personnes assumant les tâches de CoRAT à ne pas négliger dans l’examen des facteurs influençant l’intensité de leurs pratiques. En outre, les résultats obtenus montrent que les CoRAT sont appelés à travailler régulièrement avec le travailleur absent pour cause de maladie et son supérieur ou gestionnaire immédiat, mais moins fréquemment avec le conseiller en ressources humaines, les professionnels de la santé et les collègues du travailleur absent. Les résultats obtenus montrent également que les CoRAT jugent qu’il est important de démontrer une panoplie de qualités et d’aptitudes (p. ex. faire preuve de tact, être créatif dans la résolution de problèmes, être organisé) dans l’exercice de leur travail.

En ce qui concerne l’objectif spécifique 3, les résultats révèlent que l’environnement de travail et les conditions d’exercice des fonctions sont dans l’ensemble jugés fort favorables par les CoRAT. Par ailleurs, ils rapportent éprouver beaucoup plus de difficultés à gérer les cas de troubles de santé mentale que ceux de troubles musculosquelettiques. De plus, plusieurs leviers et obstacles au retour au travail sont considérés comme importants par les CoRAT, dont un bon nombre associés aux attitudes et aux dispositions du supérieur immédiat ainsi qu’aux contacts entre ce dernier et le travailleur.

Cette étude a permis de décrire, pour la première fois au Québec, la pratique des CoRAT dans de grandes organisations. Celle-ci semble relativement homogène et s’insère généralement dans un ensemble de tâches plus variées. Les résultats de l’étude mettent encore une fois en relief que la gestion des troubles de santé mentale semble plus difficile à réaliser que celle des troubles musculosquelettiques, que le rôle du supérieur ou gestionnaire immédiat est essentiel pour favoriser un processus fluide et que des efforts importants sont nécessaires pour intégrer l’action concertée dans ces milieux. De plus, le profil des CoRAT à privilégier pour la coordination du retour au travail reste à évaluer quant à la durée des absences, le nombre de rechutes et les coûts associés. À ce jour, les nombreux défis et besoins révélés par les CoRAT, dans le cadre de ce sondage, suggèrent la nécessité de compléments de formation, par exemple sur les troubles de santé mentale et la réintégration au travail ou encore sur l’établissement d’actions concertées. Il ne faut pas oublier que cette étude reflète des pratiques dans des organisations somme toute en bonne santé et l’exploration du rôle du CoRAT doit être poursuivie dans le contexte de petites et moyennes entreprises.

Informations complémentaires

Collection : Rapports scientifiques
Catégorie : Rapport
Auteur(s) :
Projet de recherche : 2012-0005
Champ de recherche : Réadaptation au travail
N° de publication : R-972
N° de publication traduite : R-934
Langue : Anglais
Date de publication : 05 septembre 2017
Format : Texte