IRSST - Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

Développement d’un nouveau dispositif d’échantillonnage des aérosols de diisocyanate-4,4’ de diphénylméthane (MDI) utilisé lors de la pulvérisation de mousse isolante

Résumé

La pulvérisation de produits à base de MDI est une pratique commune à laquelle s’adonnent de nombreux travailleurs. Un exemple d’application de produits à base de MDI est le revêtement de mousse isolante commercial et résidentiel. Durant l’application de ce type de produit, les travailleurs sont exposés aux aérosols de MDI. Le MDI est un produit chimique reconnu comme étant un agent sensibilisant pouvant provoquer l’asthme professionnel. Afin de minimiser l’exposition des travailleurs au MDI, une surveillance environnementale doit être réalisée en milieu de travail afin de cartographier les zones contenant du MDI résiduel et de déterminer les secteurs et les tâches où des améliorations sont requises en matière de prévention. Les cartographies actuelles de certains milieux de travail ne sont pas aussi exactes qu’elles le devraient. Ce manque de précision est principalement dû au fait que les dispositifs d’échantillonnage par filtre n’ont pas la capacité requise pour détecter le MDI avec exactitude. Les systèmes par filtre, donc sans solvant, comme l’Iso-Chek® et celui de la méthode OSHA 47, sous-estiment les niveaux d’exposition réels et ont des durées d’échantillonnage permises trop courtes. De leur côté, les méthodes d’échantillonnage utilisant des barboteurs présentent un risque d’exposition à des solvants (utilisés dans les barboteurs), un risque d’explosion et de feu, ainsi que des risques de bris, de débordement ou d’évaporation à sec du milieu capteur. Les futures évaluations-terrains pourraient être améliorées par l’utilisation d’un dispositif d’échantillonnage plus efficace. Les objectifs du projet étaient d’établir, en laboratoire, des conditions d’analyse optimales et compatibles avec le dispositif CIP10M et de comparer les méthodes d’évaluation utilisant les dispositifs CIP10M et l’ASSET™ EZ4-NCO avec la méthode utilisant le barboteur lors d’applications de mousse isolante polyuréthane.

Une solution de rechange utilisant un capteur individuel de particules avec la configuration microbiologique (CIP10M) a été investiguée pour l’échantillonnage du MDI lors de l'application de mousse isolante. Le milieu aqueux utilisé normalement avec le CIP10M a été remplacé par un cosolvant non volatil dans lequel l'agent de dérivation 1-(2-méthoxy-phényl) pipérazine (MOPIP) est introduit. Lorsque le CIP10M est en fonction, l'air contenant l'aérosol de MDI est aspiré à travers l'entrée de l’appareil et dirigé vers la coupelle rotative contenant le cosolvant. Une fois que les aérosols impactent sur le cosolvant par force centrifuge, ceux-ci sont dissous et stabilisés immédiatement par le MOPIP. Le domaine de linéarité de la méthode dans l'air s’étale de 0,8 à 26 ug/m3, en supposant un échantillonnage de 60 min à 10 L/min. L’échantillonnage comparatif a été réalisé dans un environnement réel de pulvérisation de mousse MDI avec des CIP10M, des barboteurs contenant du toluène/MOPIP (méthode de référence) et des ASSET™ EZ4-NCO. Les résultats obtenus montrent que le CIP10M procure des niveaux de MDI monomère légèrement plus faibles et des niveaux d'oligomères de MDI plus élevés que ceux obtenus en utilisant des barboteurs. Le biais négatif moyen observé pour les monomères de MDI est de 14 % (IC 95 % : 2 - 26 %) alors que le biais positif observé pour les oligomères de MDI est de 94 % (IC 95 % : 76 - 113 %). Pour sa part, l’ASSET™ EZ4-NCO sous-estime significativement les niveaux de MDI présents. Le CIP10M semble être une approche prometteuse pour l’évaluation de l'exposition aux aérosols de MDI dans les applications de mousse isolante.

 

Informations complémentaires

Collection : Rapports scientifiques
Catégorie : Rapport
Projet de recherche : 2013-0056
N° de publication : R-924
Langue : Français
Mis en ligne le : 13 juillet 2016
Format : Texte