IRSST - Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

Évaluation de l’exposition des travailleurs aux sous-produits de désinfection en piscine intérieure au Québec

Sommaire

Les sous-produits de désinfection (SPD) par chloration sont le résultat inévitable des réactions chimiques survenant entre le chlore ajouté à l’eau des piscines et les matières organiques et/ou azotées qui y sont naturellement présentes ou introduites par le biais des baigneurs.

Les SPD se déclinent en de nombreuses catégories et en bien plus de composés encore (>600), ce qui suscite, à l’échelle internationale, les préoccupations  des législateurs et des scientifiques au regard de l’impact sanitaire de ces substances sur les travailleurs. Les problèmes d’irritation associés à l’exposition aux chloramines (CAM) qui polluent l’air ambiant sont les plus souvent pointés du doigt. Mais d’éventuels impacts sanitaires liés à l’exposition chronique aux trihalométhanes (THM) ou aux acides haloacétiques (AHA) ne sont pas non plus à exclure. La liste des sous-produits de désinfection dits émergents (SPDe) ne cesse de s’allonger et on ne sait encore que peu de choses sur ces produits qui, même en faible quantité, démontrent des propriétés toxiques pouvant se révéler sévères. Le sujet était resté jusqu’ici peu étudié au Québec alors que les informations sur l’exposition du personnel en piscine aux différents SPD demeurent très limitées.

Dans ce contexte, deux importantes campagnes ont été mises en œuvre afin de documenter les niveaux de contamination environnementale (eau et air) en piscine et de contamination biologiques (urine et air expiré) chez les travailleurs, et de dresser un portrait de la situation.

La première campagne (A) (automne 2012) a permis de visiter un échantillon de 41 piscines intérieures situées dans les régions de Montréal et de Québec, où ont été mesurées, pendant des périodes d’achalandage moyen, les concentrations d’une large gamme de SPD, incluant : (i) parmi les SPD classiques, les THM et les chloramines dans l’eau et dans l’air et les AHA (non volatils), dans l’eau; (ii) parmi les SPDe, les hacétonitriles (HAN), les halonitrométhanes (HNM) et les halokétones (HK). Ces analyses ont été systématiquement accompagnées de la mesure des paramètres physicochimiques classiques caractérisant la qualité de l’eau (pH, température,…).

La deuxième campagne (B) (printemps 2013) s’est concentrée sur un sous-ensemble de huit piscines choisies parmi les 41 piscines visitées lors de la campagne A. Les niveaux de contamination environnementale de ces huit établissements ont été à nouveau investigués, entre autres, en vue d’être comparés à ceux observés lors de la première campagne. La N-nitrosodiméthylamine (NDMA) s’est alors ajoutée à la liste des SPDe évalués tandis que quelques mesures supplémentaires ont permis de documenter la contamination dans l’air de salles connexes au bassin.

Des travailleurs volontaires ont été recrutés au sein de chacune de ces huit piscines (pour atteindre un total de 35 sujets). Ils ont fourni des échantillons d’urine et/ou d’air alvéolaire. Les concentrations de THM ont été mesurées dans ces échantillons, collectés à un temps zéro (correspondant à l’arrivée du personnel d’échantillonnage sur le site ou à celle du travailleur volontaire), puis après des périodes d’activité (et donc d’exposition) d’une durée variable.

Ces données, particulièrement celles concernant le chloroforme (TCM), ont fait l’objet de travaux de modélisation visant à reconstruire et à simuler les expositions rencontrées, puis à valider les prédictions en les confrontant aux données terrain. Ceci nous a permis d’utiliser le modèle pour prédire différents scénarii d’exposition et évaluer leur impact sur la dose absorbée.

Les principaux résultats de cette étude incluent :

  • des niveaux de contamination environnementale aux SPD très variables d’une piscine à l’autre (tant sur le plan quantitatif qu’en termes de spéciation), de manière générale relativement élevés en comparaison aux normes et aux valeurs de références provenant d’autres pays, et qui attestent une présence relativement atypique de composés bromés;
  • des contaminations aux SPD des matrices biologiques examinées qui reflètent bien les expositions environnementales préalables, mais dont les estimations et la surveillance appellent une amélioration des méthodes actuelles de prélèvement et d’analyse;
  • des prédictions relativement fiables des outils de modélisation disponibles pour reconstruire et simuler l’exposition des sujets.

Enfin, une colossale banque de données a été constituée et pourra avantageusement être exploitée sous bien d’autres angles d’analyse afin d’approfondir la question de l’exposition aux SPD en piscine. Ce projet permet de livrer un premier diagnostic.

En attendant de pouvoir mieux cerner le risque réel des SPD, il est recommandé de mettre en œuvre des actions qui contribueront à minimiser l’exposition, essentiellement en tentant de réduire leur formation ou de favoriser leur élimination.  Les baigneurs peuvent faire leur part à ce titre en adoptant des comportements hygiéniquement responsables (prise de douche avant la baignade, port du bonnet, etc.). L’implantation de solutions techniques plus efficaces et radicales (changements d’eau et d’air accrus) et une gestion de la désinfection plus appropriée (p. ex, stratégies des dosages du chlore) devraient mobiliser les différents acteurs et ainsi stimuler une concertation autour d’approches basées sur une analyse du rapport coût-bénéfice des interventions. En matière de recherche, il est, entre autres, suggéré de documenter les problèmes sanitaires chez les travailleurs en piscine du Québec et d’évaluer l’impact de différents procédés de traitement de l’eau sur la contamination environnementale. Finalement en matière de gestion, nous recommandons la mise en œuvre d’initiatives visant l’adoption  et l’application de normes réglementaires pour certains SPD (p. ex, THM eau, NDMA eau, CAM air).

Informations complémentaires

Collection : Rapports scientifiques
Catégorie : Rapport
Auteur(s) :
  • Robert Tardif
  • Cyril Catto
  • Sami Haddad
  • Manuel Rodriguez
Projet de recherche : 2010-0010
N° de publication : R-860
Langue : Français
Date de publication : 06 février 2015
Format : Texte