IRSST - Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

Chute par-dessus bord de l’équipage des homardiers du Québec - Analyse des risques et pistes de prévention

Résumé

L’activité de pêche commerciale est l’une des plus dangereuses du domaine industriel. Des chutes par-dessus bord se produisent chaque saison de pêche et leurs conséquences sont généralement graves, parfois mortelles. Au cours des dernières années, deux décès sont survenus dans ces circonstances au Québec lors d’activités de pêche au homard. De façon générale les causes documentées des chutes par-dessus bord sont la perte d’équilibre et l’entraînement par le gréement de pêche. Les objectifs de cette recherche sont : 1) d’analyser les risques de chute par-dessus bord et leurs déterminants lors de la pêche au homard, 2) de documenter les moyens de prévention collectifs et individuels pouvant être adaptés aux homardiers, 3) d’identifier les pistes les plus prometteuses de réduction des risques. Ces objectifs sous-tendent une compréhension approfondie de l’activité de travail de cette pêche. Cette étude s’est déroulée sur une période d’un an.

La compréhension de l’activité de pêche s’est faite progressivement à partir de l’analyse des réponses à 1) un questionnaire général de perception des risques (39 répondants : 22 capitaines et 17 aides-pêcheurs) des régions de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine et 2) un questionnaire descriptif (14 répondants) administré auprès des pêcheurs qui ont accueilli les chercheurs sur sept embarcations pour 20 sorties en mer. Des enregistrements vidéo et des observations directes ont été réalisés à bord des embarcations et ont ensuite été analysés en privilégiant le cadre de l’ergonomie de l’activité réelle de travail. Ces outils ont permis d’apprécier les niveaux de risque de chute par-dessus bord des situations de travail de la pêche au homard, d’identifier des scénarios (et leurs circonstances) d’incidents en lien avec les chutes ainsi que les principaux facteurs de risques. Ces résultats ont été l’objet de rencontres de validation avec les capitaines et aides-pêcheurs ayant accueilli les chercheurs en mer. Un comité de suivi constitué de représentants régionaux et sectoriels de la pêche a accompagné les chercheurs au cours de cette étude.

Cette étude met en évidence et distingue six situations de travail en lien avec les risques de chute par-dessus bord : trois lors de l’ouverture de la saison de pêche (le chargement des casiers, le déplacement du quai à la zone de pêche et la mise à l’eau des casiers) et trois lors de la pêche régulière (la remontée des casiers, le déplacement des lignes dans la zone et la remise à l’eau des casiers). La mise à l’eau initiale est la situation la plus à risque, et ce, malgré une fréquence faible, puisqu’elle ne se fait qu’une seule fois durant la saison de pêche. Les principaux facteurs de risque sont les conditions météorologiques, les attitudes et comportements de la main-d’œuvre et les méthodes de travail. Les deux autres situations considérées comme les plus à risque se produisent en situation de pêche régulière. Il s’agit d’une part de la mise à l’eau des casiers, se faisant principalement à partir de la table-support des casiers, et d’autre part de la remise à l’eau des casiers après le déplacement des lignes dans la zone. Dans ce cas, les casiers sont souvent manipulés non pas à partir de la table-support, mais à partir du pont. La fréquence de la mise à l’eau des casiers est d’environ 40 fois par jour (soit 40 lignes contenant de 7 à 10 casiers chacune) par équipage; la fréquence des déplacements des lignes dans la zone est quant à elle très variable. Les aménagements de deux postes de travail importants, soit la table-support et le haleur, ont un impact important sur les stratégies possibles de prévention des chutes. Les principales pistes de prévention pour améliorer la prévention des chutes par-dessus bord se traduisent en deux axes : 1) La valorisation des résultats de la recherche visant une action auprès de la main-d’œuvre (sensibilisation, formation et transfert de savoirs d’expérience et de savoirs de prudence). Les connaissances et le matériel visuel produits au cours de cette recherche pourront fournir beaucoup de matière en ce sens; 2) Des actions en matière d’aménagement des postes de « haleur et table-support des casiers. »

Cette étude originale intègre, dans ses analyses de risque, les stratégies et moyens de prévention présentement utilisés et ceux potentiellement applicables, et ce, en se référant au cadre général de l’ergonomie de l’activité réelle. La réalisation de cette étude a permis de mobiliser deux types d’expertise : d’une part, celle des chercheurs en analyse de risques et en pêche et, d’autre part, celle des pêcheurs en tant qu’experts de la gestion du risque au quotidien.