IRSST - Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

Les accidents routiers au travail - Une revue de littérature

Résumé

Dans le monde industrialisé, les accidents de la route comptent pour une part très importante, sinon la plus importante, des décès accidentels survenus au travail. Plusieurs catégories de travailleurs conduisent dans le cadre de leur travail et le fait de circuler sur la route place ces travailleurs dans une situation à risque. Malgré ce constat, relativement peu d’études sont réalisées sur ce sujet afin de connaître les caractéristiques et les facteurs de risque des accidents routiers au travail.
 
Ce rapport est une revue de la littérature scientifique qui constitue le premier volet d’une étude sur les accidents routiers au travail au Québec subventionnée par l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST). Le second et dernier volet est une analyse de données statistiques de la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) et de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) concernant plus de 8000 travailleurs qui ont été indemnisés par la CSST à la suite d’un accident de la route au travail ayant eu lieu entre les années 2000 et 2008 (IRSST, rapport R-792).

Au cours de l’été 2009, une recherche dans douze banques électroniques spécialisées de documents publiés de 1995 à 2008  a été effectuée pour réaliser la recension des écrits. Les résultats de cette consultation, ajoutés aux documents identifiés précédemment par une recherche web (Google), ont abouti à un total de 162 documents qui ont été analysés de façon détaillée. Ils portent principalement sur les facteurs de risque identifiés et présentés selon un classement qui compte cinq niveaux : 1) le conducteur et les passagers du véhicule; 2) l’environnement physique immédiat (le véhicule); 3) l’environnement physique externe (la route); 4) l’environnement organisationnel du travail (l’entreprise); 5) l’environnement politique (lois et règlements). Une dernière section est réservée aux accidents qui surviennent aux abords des chantiers routiers. Le niveau 1 contient les facteurs les plus souvent pris en compte dans les études recensées. Les caractéristiques propres au conducteur (âge, sexe, éducation, etc.) et ce qu’il fait (comportement, consommation d’alcool/drogue, etc.) sont des éléments à prendre en considération pour élaborer une stratégie de prévention, sans pour autant négliger les facteurs liés aux quatre autres niveaux.

Parmi l’éventail des facteurs de risque identifiés, la fatigue au volant est le facteur le plus considéré. Il ne faudrait toutefois pas limiter les stratégies préventives à ce seul facteur puisqu’il touche plus spécifiquement les conducteurs de camion. Il est important de souligner aussi le rôle crucial de l’entreprise qui, par ses caractéristiques (politique de sécurité, conditions de travail, etc.), peut influencer différents aspects de la conduite (heures de conduite, horaire de travail, entretien du véhicule, etc.). Par ailleurs, des facteurs qui relèvent d’autres niveaux, telle la fatigue, peuvent aussi être étroitement liés à des facteurs qui dépendent, en tout ou en partie, de l’environnement organisationnel.

Les facteurs de risque sont en bonne partie liés entre eux et agir sur un ou plusieurs à la fois peut donc avoir un effet sur d’autres. De plus, bon nombre de travailleurs routiers ne font pas partie d’une entreprise de transport ou ne sont pas des conducteurs professionnels. Les mesures préventives à mettre en place pour tenter d’améliorer la sécurité des travailleurs doivent inclure l’ensemble des travailleurs qui conduisent dans le cadre de leur travail. Plusieurs propositions ont été recensées dans les écrits afin de réduire les accidents routiers au travail.