IRSST - Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

La direction des laboratoires de l’IRSST offre désormais un service d’analyse rapide et spécifique pour la détection et la quantification de Legionella pneumophila et Legionella spp dans les matrices liquides, à l’aide de méthodes de biologie moléculaire par polymérase en chaîne ou Polymerase chain reaction (PCR), soit la méthode IRSST 389 (q-PCR) et la méthode IRSST 390 (v-PCR).

La polymérase en chaîne (PCR) est une méthodologie sensible pour amplifier et détecter des séquences spécifiques d’acides nucléiques. Elle se fait à l’aide d’amorces moléculaires qui permettent l’obtention de copies pour chaque brin d’ADN ciblé, produisant ainsi des milliers de copies en quelques minutes. La technique de q-PCR utilise, en plus des amorces, une sonde de détection couplée à un fluorophore qui se fixe sur les doubles brins d’ADN permettant ainsi la quantification du nombre de copies générées en mesurant la fluorescence et en la comparant à  une courbe d’étalonnage obtenue à partir de concentrations connues d’ADN.

Mise en contexte :

Il est de plus en plus fréquent, dans une approche de prévention, d’évaluer différents environnements pour la présence de légionelles afin d’en détecter les sources potentielles et appliquer des mesures permettant de réduire leur prolifération. La multiplication de la bactérie Legionella se rencontre principalement dans les réservoirs où les températures de l’eau sont maintenues entre 25 et 42°C et où existe une certaine stagnation, la présence de dépôts, de biofilms ou d’amibes. Les bains à remous, les piscines, les condensateurs d’évaporation, les brumisateurs, les réservoirs d’eau chaude, les tours de refroidissement à l’eau et certains procédés industriels sont reconnus comme étant des sources responsables de l’éclosion de légionellose en raison d’une présence potentiellement importante de Legionella dans ces milieux. Les composts ou les sols humides ont été également reliés à des expositions aux légionelles (Legionella longbeachae). Le mode de transmission se fait principalement par inhalation de microgouttelettes (diamètre < 5 µm) capable d’atteindre les alvéoles pulmonaires.

Les méthodes classiques d’analyse par culture sont longues (environ 7 à 14 jours) et ne permettent que la détection des bactéries cultivables. De plus, la présence d’une flore bactérienne élevée ou d’amibes interfère avec la croissance des légionelles et limite la production de résultats analytiques concluants. L’approche de détection et de quantification par la PCR permet de fournir des résultats fiables beaucoup plus rapidement (3 jours) pour tous les échantillons, même ceux ayant une charge microbienne élevée dans lesquels la présence de légionelles pourrait être masquée si une méthode d’analyse par culture était appliquée.

Principe des méthodes :

Il s’agit de deux méthodes de détection et de dénombrement pour Legionella, par concentration et amplification par PCR de l’ADN extrait des échantillons.  Trois systèmes d’amplification (kits) ont été mis au point et validés, permettant ainsi de caractériser à trois niveaux de spécification : soit un système (Legionella spp) qui permet de dépister toutes les légionelles indépendamment de l’espèce, un deuxième pour la détection particulière à l’espèce (Legionella pneumophila) et un dernier qui est très spécifique à Legionella pneumophila du sérogroupe 1. Toutes les étapes d’optimisation et de validation ont permis d’identifier et de mettre en place un processus analytique fiable et robuste pour la détection de la bactérie dans la majorité des échantillons liquides. D’autres types d’échantillons comme des sols ont également été analysés avec succès.

La méthode IRSST 389 (q-PCR) permet la détection et l’évaluation de la quantité d’ADN provenant de cellules viables ou non viables de Legionella présent dans les échantillons. Il s’agit d’un outil utile pour déterminer une source d’exposition aux légionelles lors d’une investigation suite à des cas de légionellose en milieu de travail.

La méthode IRSST 390 (v-PCR) n’évalue que l’ADN provenant des cellules viables.  Celle-ci est particulièrement utile pour évaluer la présence et la quantité de Legionella viables, donc potentiellement infectieuses dans un environnement donné.

Les deux méthodes se complètent et donnent des informations utiles sur la présence de légionelles. Il est important de souligner qu’aucun résultat faussement négatif n’a été produit par nos systèmes d’amplification et de détection spécifique pour légionelles. Ceci renforce ainsi son utilisation pour confirmer l’absence de contamination par légionelles des systèmes de refroidissement industriels ou autres environnements difficiles à analyser par la méthode de culture vu leur charge microbienne élevée ou la présence d’amibes limitant la croissance des légionelles.

Conditions recommandées et certaines performances analytiques

Code matériel IRSST : Contenant stérile (1L) avec thiosulfate pour les échantillons d’eau (5567) ou sans thiosulfate pour les autres procédés liquides (5564)
Volume :   Un litre pour les échantillons liquides
Principe analytique : Détection et dénombrement spécifique par concentration et amplification de l’ADN extrait des échantillons, par réaction en chaîne de polymérisation (PCR)
Stabilité : 48 heures une fois prélevé, les échantillons doivent être acheminés au laboratoire dans les 24 h suivant le prélèvement afin de permettre leur analyse dans les 48 heures.

   

Performance analytique
Méthodes 389 (q-PCR) et 390 (v-PCR)

 

VMR pour volume analysé de 500 mL

Legionella pneumophila sérogroupe 1 (UG/L)

800

Legionella pneumophila (UG/L)

1000

Legionella spp (UG/L)

800

CVa

Non disponibles

 

IMPORTANT : Il est nécessaire de contacter la microbiologiste responsable avant de commander le matériel d’échantillonnage et l’envoi d’échantillons au laboratoire. La détection d’espèces particulières de Legionella comme L. longbeachae  peut être effectuée suite à une entente préalable et selon la disponibilité de kits commerciaux validés. D’autres types de matrice peuvent être également analysés par ces méthodes toujours suite à entente préalable.

Les intervenants du réseau du MSSS auront accès à cette analyse dans SISAT. Pour la clientèle hors-réseau, un formulaire de demande d’analyses environnementales devra être rempli. Les nouveaux clients privés peuvent ouvrir un dossier à la Direction des laboratoires de l’IRSST en remplissant le formulaire en ligne prévu à cet effet. De l’information supplémentaire sur nos services de laboratoire est disponible sur notre site web.  

Pour toutes questions, n’hésitez pas à communiquer directement avec notre service à la clientèle au (514) 288-1551 au poste 315.

 

Nicole Brassard, M. Sc., Microbiologiste
Direction des laboratoires
IRSST

Recevez l'InfoLABO dans votre courriel

Recevez les communications de la Direction des laboratoires directement dans votre courriel.

Je m'inscris