IRSST - Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

Environnement

InfoLABO

Communiqués, avis et recommandations de la Direction des laboratoires de l'IRSST.

Échantillonnage et analyse des poussières inhalables

Le service d’analyse des poussières de fraction inhalable est désormais disponible au laboratoire de l’IRSST. L’échantillonnage s’effectue avec un échantillonneur IOM* qui prélève la fraction inhalable des poussières aéroportées telle que décrite dans la section 2.3 Aérosols du Guide d’échantillonnage des contaminants de l’air en milieu de travail de l’IRSST. Cet échantillonneur consiste en une tête d’échantillonnage de plastique noir dans laquelle est insérée une cassette en acier inoxydable contenant un filtre de CPV de 25 mm de diamètre.

En savoir plus

Valeur d’exposition moyenne pondérée (VEMP), mais pondérée sur quelle période ?

Récemment, le Service à la clientèle de laboratoires de l’IRSST a reçu des questions sur l’interprétation de la valeur d'exposition moyenne pondérée (VEMP) en fonction du RSST et plus particulièrement sur la durée de la période de pondération de la VEMP. Une confusion est apparue à la suite de réponses divergentes sur le sujet :

En savoir plus

Modification au protocole analytique des HAP

Depuis longtemps à l’IRSST, la détermination d’hydrocarbures polycycliques aromatiques (HAP) dans l’air en milieu de travail est réalisée avec un train d’échantillonnage composé d’un filtre et d’un tube adsorbant pour capter les pha-ses aérosol et vapeur. Le principe est le même pour la méthode NIOSH 5506 qui utilise cependant un filtre de té-flon, alors que celle de l’IRSST un filtre de fibre de verre. Au cours de récents essais de validation analytique de la méthode IRSST, un problème de récupération a été observé pour certains HAP à 3 et 4 cycles (de masse moléculaire 178 et 202).

En savoir plus

Un nouveau type de cyclone, le GS-3

Un nouveau type de cyclone pour l’échantillonnage de poussières respirables est disponible en quantité toutefois limitée à l’IRSST. Ce cyclone nommé GS-3 a été créé par deux chercheurs, Mridul Gautam et Avula Sreenath. Son design est optimisé pour se conformer à la courbe de respirabilité de ACGIH®/ISO/CEN. Il est muni de 3 orifices d’entrée placés de façon tangentielle ce qui réduirait les pertes de particules dues aux phénomènes d’impaction et diminuerait la susceptibilité à la vitesse de l’air ambiant et à l’orientation du cyclone. Enfin et surtout, le débit à utiliser est de 2,75 L/min, 60 % plus élevé que le débit à utiliser avec le cyclone Dorr-Oliver, ce qui permet de réduire d’autant la durée d’échantillonnage dans certaines situations, ou de pouvoir accéder à de meilleures limites de quantification exprimées en mg/m³ dans d’autres cas. Ce débit de 2,75 L/min a été établi en tenant compte d’une efficacité de collection de 50 % pour un diamètre aérodynamique de 4 µm.

En savoir plus

Méthode pour la mesure des fumées d’asphalte (pétrole) - Version modifiée, mars 2016

Le choix d’une méthode de mesure d’une substance dans l’air pour vérifier la conformité à une valeur d’exposition moyenne pondérée (VEMP) du RSST est fonction de plusieurs paramètres. Une méthode doit être exacte, précise, et ce qui est mesuré doit être conforme non seulement à la description et également à l’expression de la substance dans le RSST.

En savoir plus

Formaldéhyde et unités du RSST ?

Ce communiqué vise à clarifier un sujet récemment traité au Regroupement provincial des hygiénistes du travail des équipes régionales de santé publique sur la norme (valeur plafond) du formaldéhyde de l’annexe 1 du RSST1 qui est à 2 ppm ou 3 mg/m³ (sic). Or, ces valeurs ne sont pas cohérentes l’une avec l’autre. Cette situation résulte possiblement d’un malheureux arrondissement. Pour en savoir plus, cliquez ici

En savoir plus

Mesure de l'exposition professionnelle à la silice cristalline

Introduction

La silice (SiO2) peut exister sous forme cristalline ou sous forme amorphe. Lorsque la silice est cristalline, elle peut se présenter sous plusieurs formes (polymorphes : même formule chimique mais structure cristalline différente). Le quartz (#CAS : 14808-60-7), la forme cristalline la plus abondante naturellement, se retrouve dans différents procédés miniers. Il est largement utilisé en industrie en raison de ses propriétés physico-chimiques intéressantes. Plusieurs milliers de travailleurs québécois sont potentiellement exposés au quartz dans différents domaines d'activités: les mines, les carrières et sablières, le traitement des minerais, le creusage de tunnel, la coupe de pierre et le polissage, la maçonnerie, les fonderies, le sablage au jet, les abrasifs, la céramique, les manufactures de verre et les pigments. La cristobalite (#CAS : 14464-46-1), quoique relativement rare naturellement et industriellement, est la deuxième forme de silice cristalline la plus rencontrée. Elle provient, par exemple, de l'altération à la chaleur des fibres réfractaires céramiques. La tridymite (#CAS : 15468-32-3), le troisième polymorphe réglementé de la silice cristalline, est pratiquement inexistante à l'état naturel et très peu ou pas documentée dans la littérature qui traite d'hygiène industrielle.

En savoir plus

Les gaz de combustion des moteurs à combustion interne alimentée au propane

Problématique

La première étude réalisée par l'IRSST 1,2 sur les gaz de combustion générés par les moteurs à combustion interne alimentée au propane recommandait d'abaisser la concentration d'oxyde de carbone (CO) dans les émissions sous 1 % 2. Compte tenu de facteurs multiples (ventilation, nature des tâches et habitudes de travail, gestion du parc de véhicules et du programme d'entretien préventif), ce contrôle n'a pas permis une réduction significative de la contamination en CO des aires de travail. Dès lors, l'abaissement des émissions de CO sous le seuil de 0,3 % était suggéré. Compte tenu de l'expérience acquise dans le cas des surfaceuses au propane, une évaluation de l'impact d'un tel abaissement sur les émissions en oxydes d'azote était nécessaire.

En savoir plus

Les variations de masse de mon filtre témoin... et alors ?

Il arrive fréquemment lors de l'évaluation de la concentration pondérale des poussières que les intervenants en santé et sécurité du travail soient confrontés à des variations plus ou moins importantes du poids du "fameux" filtre-témoin. Comment ces variations doivent-elles être interprétées en regard de la validité des résultats des échantillons? Les résultats sont-ils valables? À cette question simple, la réponse est plutôt du type oui ... non ... peut-être! La réponse dépend à la fois des circonstances de l'échantillonnage, du résultat obtenu et des niveaux d'intervention. Pour en savoir plus, cliquez ici.

En savoir plus

Page 3 sur 3Première   Précédente   1  2  [3]  Suivant   Dernière   
Recevez l'InfoLABO dans votre courriel

Recevez les communications de la Direction des laboratoires directement dans votre courriel.

Je m'inscris