IRSST - Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail

Colloque IRSST 2015

L'impact des recherches: mesures, approches et application au domaine de la SST

20 novembre 2015

Colloque IRSST 2015

 

Pour la communauté scientifique, la publication dans des revues savantes a longtemps constitué le moyen privilégié pour jauger l’impact des recherches. Pour l’IRSST, la recherche prend tout son sens lorsque les milieux de travail en utilisent les résultats. D'ailleurs, l’intérêt pour le transfert de connaissances est de plus en plus manifesté par les organismes qui financent la recherche. Ceux-ci reconnaissent que pour assurer des retombées tangibles, les résultats de recherches doivent être adaptés aux clientèles visées. Ce colloque, tout en ciblant plus spécifiquement la recherche en santé et en sécurité du travail (SST), permettra d’examiner, pour la communauté scientifique et les milieux de travail, les approches de transfert des connaissances et la mesure de l’impact des recherches.

Dans un premier temps, l’évolution du rôle des publications dans les revues spécialisées sera retracée, tout comme le développement et l’utilisation d’indices bibliométriques destinés à mesurer l’impact des recherches. Également, les nouvelles tendances relatives aux indicateurs d’impact ainsi qu’un aperçu des particularités propres aux publications scientifiques liées aux recherches en SST seront présentés.

Les défis que pose le transfert des connaissances dans les milieux de travail et les tendances actuelles dans les pratiques seront abordés dans un deuxième temps, tout comme les approches et les enjeux associés à la mesure de l’impact des recherches pour les milieux. L’approche utilisée par l’IRSST pour assurer le transfert et la valorisation des résultats de recherches dans les milieux sera présentée et illustrée à travers quelques exemples de recherches ayant mené à des retombées concrètes et pour lesquelles les chercheurs, les conseillers en valorisation de la recherche et les utilisateurs des résultats pourront témoigner de leur expérience.

Programme de la journée
8h00 à 8h30 Accueil
8h30 à 8h40 Mot de bienvenue
Paul-Émile Boileau
IRSST
8h40 à 9h30 Conférence d’ouverture
Les publications scientifiques et la mesure de l’impact des recherches : portée et limites
Yves Gingras
Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie (CIRST)
UQAM
9h30 à 10h00 Analyse des données bibliométriques des recherches en SST
Jean-Pierre Robitaille
Observatoire des sciences et des technologies (OST)
10h00 à 10h15 Période de questions
10h15 à 10h35 Pause
10h35 à 11h05 Le transfert des connaissances issues de la recherche : quelle place pour le chercheur?
Christian Dagenais
Université de Montréal
11h05 à 11h25 L’IRSST et le transfert de connaissances
Louis Lazure
IRSST
11h25 à 11h45 Le transfert des connaissances et la création d’un espace  d’échanges entre partenaires. Le cas des soufflettes sécuritaires
François Ouellet
IRSST
11h45 à 12h00 Période de question
12h00 à 13h15 Dîner
 13h15 à 13h40

Une approche participative pour favoriser le transfert des connaissances: le cas des centres d’appel d’urgence 9-1-1
Charles Gagné
IRSST

13h40 à 14h Les retombées vers les milieux: dans quelle mesure l’évaluation du transfert des connaissances est-elle possible?
Laurence Plouffe
Université de Montréal
14h à 14h20 Bras assisté : une activité de valorisation et de transfert des résultats de la recherche
Jacques Lavoie
IRSST
14h20 à 14h40 L’impact des recherches menées sur la protection contre les chutes de hauteur
Jean Arteau
ÉTS
14h40 à 14h55 Période de questions
14h55 à 15h15 Pause
15h15 à 15h55 Nouvelle génération d’indicateurs de l’impact de la recherche
Vincent Larivière
École de bibliothéconomie et des sciences de l’information
Université de Montréal
15h55 à 16h05 Période de questions
16h05 à 16h15 Mot de la fin

Jean Arteau

Jean Arteau

Jean Arteau, ingénieur civil spécialisé en géomatériaux, est détenteur d’une maîtrise et d’un doctorat de l’École polytechnique de Montréal. En 1980-1981, il a travaillé comme chercheur pour la Commission d’enquête sur l’accident à la mine Belmoral et sur la sécurité dans les mines pour le Gouvernement du Québec. De 1983 à 2003, il a travaillé comme ingénieur en sécurité du travail et chercheur à l’Institut de recherche en santé et en sécurité du travail du Québec IRSST. Depuis 2003, il est professeur au département de génie mécanique de l’ÉTS et membre de l’Équipe de recherche en sécurité du travail (ÉREST). Il enseigne la sécurité du travail et l’ergonomie en milieu de travail, la conception et la sélection d’outils et d’équipements, la législation et la normalisation en SST.

Ses principaux champs de recherche sont la santé et la sécurité du travail, les équipements de protection (ÉPI), la protection contre les chutes, les méthodologies multicritères d’évaluation  des ÉPI, le travail en hauteur et l’évaluation de l’impact économique des correctifs en SST. Il a des activités professionnelles en normalisation (sur les chutes et les ÉPI au Canada et à l’international). Il est membre du comité canadien CSA en protection contre les chutes depuis 1984. Pendant 14 ans, il a assumé la présidence de ce comité. De plus, ses services sont retenus en qualité de témoin expert devant divers tribunaux canadiens et provinciaux et également par l’Ordre des ingénieurs du Québec.

Paul-Émile Boileau

Paul-Émile Boileau est directeur scientifique à l’IRSST depuis 2006. À l’emploi de l’Institut depuis 1984, il a été chercheur et responsable des champs de recherche Bruit et vibrations, Équipements de protection et Sécurité des outils, des machines et des procédés industriels, et directeur du Programme sécurité-ingénierie de 2003 à 2006. Il a été responsable du développement des plans triennaux de production scientifique et technique 2009-2011 et quinquennal 2013-2017 adoptés par l’IRSST. Détenteur d’un doctorat en génie mécanique de l'Université Concordia, comme chercheur il a réalisé plusieurs projets de recherche qui ont porté sur la réduction de l'exposition des travailleurs aux vibrations et chocs mécaniques émis par les véhicules et les outils. Ses travaux ont donné lieu à plus de 200 articles et communications scientifiques. Professeur associé au Département de génie mécanique et industriel de l'Université Concordia depuis 1995, il continue de codiriger les travaux d’étudiants inscrits aux cycles supérieurs. Il agit depuis le printemps 2013 à titre de responsable du nouveau centre collaborateur de l’Organisation mondiale de la santé dont fait partie la Direction scientifique de l’IRSST.

Christian Dagenais

Christian Dagenais est professeur agrégé au département de psychologie à l’Université de Montréal. Il se spécialise dans l’étude des processus et des effets de différentes stratégies de transfert de connaissances (TC), discipline qu’il enseigne à des étudiants de maîtrise et de doctorat. Depuis 2008, il est à la tête de l’équipe RENARD, une équipe fortement investie dans la recherche sur le TC dans le domaine social, et dont l’objectif est de développer ce champ de recherche grâce à des partenariats interdisciplinaires et interuniversitaires. Cette équipe, la première sur le sujet au Québec, est financée par le Fonds de recherche québécois - société et culture. Au cours des 15 dernières années, il a dirigé de nombreuses études portant sur le transfert des connaissances issues de la recherche en éducation, en santé publique, en développement international et dans plusieurs autres domaines au Québec et à l’étranger.

Charles Gagné

Charles Gagné est conseiller en valorisation de la recherche à la Direction des communications et de la valorisation de la recherche à l’IRSST depuis 2007. Il a participé au développement et à l’implantation du cadre de pratique en matière de transfert des connaissances (TC) de l’IRSST. Son mandat consiste à développer des stratégies pour favoriser l’échange et le partage des connaissances entre chercheurs et utilisateurs ainsi que la diffusion et l’utilisation dans les milieux de travail des résultats de la recherche financée par l’IRSST. En collaboration avec les équipes de recherche, il a produit plusieurs outils et implanté des stratégies de TC. Son intérêt quant au développement de la pratique en TC l’a amené à faire des présentations sur le sujet dans plusieurs colloques. Depuis 2012, il est membre régulier de l’Équipe de recherche sur les effets non-académiques de la recherche et ses déterminants (Équipe RENARD) et il participe aux travaux de la Communauté de pratique sur le transfert de connaissances en santé publique du Québec.

Yves Gingras

 

Yves Gingras est directeur scientifique de l’Observatoire des sciences et des technologies qu’il a cofondé en 1997, professeur au Département d'histoire de l'Université du Québec à Montréal (UQAM), chercheur au Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire et sociologie des sciences. Il a occupé de 1995 à 2000 le poste de rédacteur en chef de la revue Scientia Canadensis. Ses nombreuses publications en français et en anglais portent sur l'histoire, l'évaluation de la recherche et la sociologie des sciences. M. Gingras est chroniqueur régulier à l'émission  Les Années lumière. Il est détenteur d’une maîtrise en physique de l'Université Laval et d’un doctorat en histoire et en sociopolitique des sciences de l'Université de Montréal. Yves Gingras a effectué des recherches et participé à de nombreuses publications portant sur le développement scientifique, technologique et l’innovation. Chercheur prolifique, il maintient un réseau de contacts très importants dans les milieux de la S&T tant canadiens qu’internationaux. Il a été membre du Conseil de recherche en sciences humaines (CRSH) de 1999 à 2005 et président de son comité d'évaluation. C’est un communicateur hors pair et un vulgarisateur très apprécié révélé en particulier par le prix Ivan Slade de la British Society for the History of Science, qu’il a obtenu en octobre 2001. En 2005, il s’est mérité le prix Gérard-Parizeau « en reconnaissance de son œuvre exceptionnelle et de son engagement social dans l’ouverture du vaste et difficile champ de l’histoire des sciences ». En 2007, il a reçu le prix Jacques-Rousseau de l'ACFAS, lequel est octroyé à un scientifique dont les réalisations ont largement dépassé son domaine de spécialisation et qui a établi des ponts novateurs entre différentes disciplines.

Vincent Larivière

 

Vincent Larivière est directeur scientifique adjoint de l’Observatoire des sciences et des technologies. À ce titre, il est responsable, entre autres choses, des relations avec les chercheurs associés et de la révision scientifique des publications. Il agit également comme consultant scientifique dans le cadre des mandats réalisés pour les partenaires de l’OST. Il est également directeur scientifique de la plateforme Érudit.

Vincent Larivière est professeur agrégé à l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information de l’Université de Montréal, chercheur au Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les transformations de la communication savante. Spécialiste en bibliométrie et en méthodes de recherche, il rédige une chronique mensuelle intitulée «Les mesures de la science» dans la revue de l’Acfas. Ses nombreuses publications en français et en anglais portent principalement sur la bibliométrie, l'infométrie et la politique scientifique. Il est détenteur d’une maîtrise en histoire de l’Université du Québec à Montréal et d’un doctorat en sciences de l'information de l’Université McGill.

Jacques Lavoie

Jacques Lavoie est chercheur, bioécologiste et hygiéniste du travail. Il possède un B. Sc. en biologie, option écologie, ainsi qu’une maîtrise en hygiène du travail de l’Université McGill. Il est chercheur à l’IRSST depuis 1982. Il a participé à plus de 150 publications savantes ou vulgarisées en santé et en sécurité du travail et a présenté autant de communications scientifiques. Professeur associé au département de santé en environnement et santé au travail de la faculté de médecine du l’Université de Montréal depuis 2007, il est professeur invité aux Études supérieures du Département d’épidémiologie, biostatistique et de santé au travail de la Faculté de médecine de l’Université McGill depuis 1990 où il donne de l’enseignement sur les risques biologiques.

Louis Lazure

À l’IRSST depuis 1992, Louis Lazure assume la direction des communications et de la valorisation de la recherche depuis 2012. Auparavant, il a été successivement professionnel scientifique et chercheur dans le domaine de la ventilation (1992-2004), directeur de l’Équipe sécurité-ergonomie (2004-2006) et directeur du Service valorisation de la recherche et relations avec les partenaires (2006-2012).

Dans le cadre des différents mandats qui lui ont été confié, il a piloté la refonte des programmes de bourses et de subventions et dirigé le développement et la mise en œuvre du cadre de pratique en transfert des connaissances.

François Ouellet

François Ouellet est à l’emploi de l’IRSST depuis 2006. Il a occupé successivement des postes de professionnel scientifique en recherche, d’agent de veille et de coordonnateur de champ. Il est conseiller en valorisation de la recherche à la Direction des communications et de la valorisation de la recherche pour le champ de recherche Prévention des risques mécaniques et physiques. Détenteur d’une maîtrise en anthropologie et d’un D.E.S.S. en intervention ergonomique en SST, il s’intéresse à l’analyse de l’activité de travail sous tous ses angles ainsi qu’au développement de connaissances sur le transfert de connaissances et d’outils de valorisation pour les partenaires en SST de l’Institut.

Laurence Plouffe

Laurence Plouffe

Après avoir complété son baccalauréat en psychologie à l’Université de Montréal, Laurence Plouffe poursuit actuellement ses études au doctorat en recherche et intervention en psychologie clinique sous la supervision de Christian Dagenais et Johana Monthuy-Blanc. Son parcours académique, de même que professionnel comme intervenante sociale, l’ont sensibilisée à l’apport considérable de la recherche pour le perfectionnement des pratiques cliniques. Dans l’optique de contribuer à l’utilisation des données probantes par les praticiens, elle s’est dirigée vers l’étude sur le transfert de connaissances (TC). Elle s’intéresse particulièrement à la formation continue des intervenants pour le traitement des troubles du comportement alimentaire. Présentement, elle occupe le poste de coordonnatrice de recherche de l’Équipe RENARD (Recherche sur les effets non académiques de la recherche et ses déterminants) et collabore avec l’IRSST dans le cadre de l’évaluation d’une stratégie de TC pour améliorer la santé et sécurité au travail de préposés de centres d’appels d’urgence 9-1-1.

Jean-Pierre Robitaille

 

Après avoir réalisé une maîtrise en histoire de la médecine à l'UQAM, Jean-Pierre Robitaille a travaillé au Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie (CIRST) entre 1995 et 1999 où il était responsable, entre autres, du Bulletin de l'enseignement supérieur. Entre 1999 et 2002, il a été analyste à l'Observatoire des sciences et des technologies où il a participé à la production de nombreux rapports. Entre 2002 et 2004, il a réalisé plusieurs travaux de recherche pour le Conseil de la science et de la technologie du Québec. Depuis 2005, il est coordonnateur de l'Observatoire des sciences et des technologies.

À propos de l'événement

Quand ?
Vendredi 20 novembre 2015

Où ?
Centre Mont-Royal
2200 Rue Mansfield, Montréal, Qc, H3A 3R8