logo_print

Publication de l'IRSST

Valorisation des données d’exposition professionnelle mesurées au Québec depuis 1980 par les équipes du Réseau public québécois en santé au travail - Étude préliminaire

Lavoué, Jérôme; Gérin, Michel; Bégin, Denis; Ostiguy, Claude; Arcand, Robert; Adib, Georges
Études et recherches / Rapport  R-723, Montréal, IRSST, 2012, 80 pages.

Projet: Étude préliminaire sur la valorisation des données d'exposition professionnelle aux substances chimiques mesurées par les équipes du réseau public québécois en santé au travail

Champ: Prévention des risques chimiques et biologique

Résumé

Cette étude a exploré le potentiel d'utilisation des données d'exposition aux agents toxiques récoltées au Québec depuis plus de 30 ans par le Réseau public québécois en santé au travail. Il était estimé au début de ce projet que plus de 800 000 mesures avaient été réalisées par les équipes du Réseau durant cette période, constituant un bassin exceptionnellement riche de données qui pourraient être valorisées sous la forme d'une banque informatisée. En effet, ce type de banque de données d'exposition professionnelle (BDEP), dont plusieurs ont été mises en place dans divers pays, peut être exploité aux niveaux local et national à des fins de surveillance des expositions, d'analyse des risques, d'établissement de norme, d'indemnisation et de recherche scientifique.

Au Québec l'IRSST maintient une banque électronique (système LIMS) contenant l'ensemble des résultats d'analyse reliés aux mesures prises par les équipes de santé au travail des CSSS depuis 1985. Destinée à la gestion des laboratoires, son exploitation comme BDEP est limitée par l'absence de plusieurs éléments d'information sur les circonstances de l'exposition ayant mené à chaque analyse, par exemple le métier du travailleur. L'ensemble des informations contextuelles est présent dans les dossiers papier des équipes de santé au travail, lesquelles ont utilisé, à partir de 1994, pour enregistrer les données d'exposition recueillies dans les entreprises de leur territoire, un système informatisé, le SMEST (Surveillance Médico-Environnementale de la Santé des Travailleurs). Cette banque de données, dans laquelle les mesures ont été saisies par les intervenants de façon inégale, a été remplacée entre 2006 et 2007 par le SISAT (Système d'Information en Santé Au Travail), en place actuellement. Finalement il faut souligner la création en 1992, dans le cadre d'un projet de recherche, de la banque HYGIENE rassemblant l'ensemble des données d'exposition des dossiers d'hygiène des établissements du territoire de l'ex-Département de santé communautaire de l'Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal, et couvrant la période de 1978 à 1992.

Les données du Réseau ont donc fait l'objet de plusieurs projets ou activités d'informatisation sans cependant qu'une BDEP complète n'ait été réalisée. C'était l'objectif général du présent projet d'étudier la faisabilité et les ressources nécessaires à la création d'une BDEP québécoise couvrant l'ensemble des données des dossiers d'hygiène du Réseau pour la période précédant l'établissement du SISAT. Plus spécifiquement le projet visait à 1) établir une « cartographie » des mesures historiques du Réseau en dénombrant les échantillons prélevés avec une stratification par substance mesurée, région concernée, secteur d'activité industrielle et période temporelle couverte, 2) estimer la valeur de la banque SMEST en tant que BDEP, en créant un portrait descriptif des données et en déterminant la proportion des mesures effectuées par les intervenants qui ont effectivement été enregistrées, 3) illustrer l'utilisation de méthodes avancées de modélisation statistique pour l'établissement de profils d'exposition à partir des données de la banque HYGIÈNE et 4) réaliser un projet pilote d'informatisation des données d'exposition afin de caractériser les ressources nécessaires à la création d'une éventuelle BDEP québécoise exhaustive.

Au total, le LIMS a permis de documenter quelque 557 000 analyses associées à des prélèvements dans l'air sur la période 1985-2008, correspondant à 13 370 établissements couvrant 608 secteurs d'activité. Les groupes I et II de la CSST regroupaient 68 % des données. Les régions de Montréal, de la Montérégie et de Mauricie-Bois-Francs représentaient 54 % des enregistrements, l'élaboration ou l'application des programmes de santé spécifiques aux établissements comptant pour 60,5 %. Seize substances comptaient plus de 10 000 données, représentant 56 % des enregistrements. Un outil (ÉDALI) en accès libre sur le site Web de l'IRSST a été créé dans le cadre de ce projet pour permettre aux intervenants d'explorer ces données.

Les données du SMEST couvraient principalement la période 1992-2000 et comptaient quelque 16 000 évaluations quantitatives portant sur des substances et touchant 3679 établissements et 2007 métiers. Cinq agents (fumées de soudage, monoxyde de carbone, styrène, silice cristalline et acétone) représentaient 44 % des données. Seulement 16 % des enregistrements du LIMS ont pu être associés à une évaluation dans le SMEST. À l'inverse 51 % des données du SMEST ont pu être associées à un enregistrement dans le LIMS. Au total, le taux de couverture était médiocre et variait beaucoup selon l'agent, la période et la région.

La modélisation statistique d'HYGIENE a porté sur les 2997 mesures d'exposition personnelle aux 46 solvants documentés dans la banque. Elle a permis de mettre en évidence la réduction des niveaux avec le temps et l'influence de divers facteurs tels que la durée de la mesure, la saison, la stratégie utilisée et la ventilation. La modélisation a permis également d'établir un portrait des niveaux d'exposition pour plusieurs combinaisons emploi-activité économique.

Finalement, une banque de données pilote a été créée sur une période de 4 mois à partir de l'informatisation de dossiers d'hygiène détenus par le CSSS de la Montagne à Montréal. Cette BDEP contient 4970 résultats d'analyse, portant sur 118 agents dans 192 dossiers et 50 établissements. Cet exercice a permis de déterminer les informations contextuelles les plus fréquemment documentées dans les dossiers et a souligné la nécessité de structurer l'activité de codage des professions et activités économiques. Au total, le taux d'informatisation a été de 80 à 100 mesures par jour, soit un taux trois fois plus rapide que lors de la création de la banque HYGIENE, il y a 20 ans. L'application de ce taux à notre estimation, sur la base du LIMS et de l'expérience HYGIÈNE de 730 000 données dans les dossiers du Réseau sur la période 1981- 2008, incluant les mesures par instruments à lecture directe, permet d'estimer que la création d'une banque de données exhaustive mobiliserait entre 6 et 8 années-personnes d'hygiénistecodeur dans la région de Montréal et entre 29 et 39 pour l'ensemble du Québec. Ces estimations représentent probablement une surestimation des ressources réelles en raison des économies d'échelle qui seraient réalisées dans un projet de grande envergure et notamment du perfectionnement des outils d'aide à la saisie disponibles lors du pilote.

En conclusion ce projet a permis de valoriser les données de laboratoire de l'IRSST en produisant un outil de cartographie des activités de mesurage. Il a montré un taux de couverture très insuffisant du SMEST pour pouvoir l'utiliser comme BDEP. Les travaux sur la banque HYGIENE et sur la banque pilote ont mis en évidence la faisabilité de construire une BDEP québécoise couvrant l'ensemble des données des dossiers d'hygiène du Réseau pour développer un système d'information sur les expositions professionnelles au Québec des 30 dernières années.





© IRSST 2010 - Contact - Conditions d'utilisation