logo_print

Communiqué   


           

Prévicap : un programme efficace 

Montréal, le 11 janvier 2012 – Le programme de prévention des situations de handicap au travail (Prévicap), qui a permis la prise en charge de 571 travailleurs ayant subi un trouble musculo-squelettique (TMS) entre 2001 et 2004, « produit de meilleurs résultats que la prise en charge traditionnelle ». C'est la conclusion à laquelle en arrivent les chercheurs qui, à la demande de l'IRSST, ont évalué, l'efficacité, les coûts et la rentabilité de Prévicap en comparant, sur une période de 3 ans après la survenue de la lésion, la situation d'un groupe de travailleurs ayant bénéficié du programme avec celle d'un groupe témoin ayant reçu les services habituels de la CSST.

Innovateur
Les TMS constituent l'une des principales causes d'incapacité au Québec et accaparent près de 40 % des déboursés en indemnisation de la CSST, dont la grande partie est consacrée aux travailleurs à incapacité prolongée. Mis en place en 2000, Prévicap se veut un programme novateur qui consiste en une prise en charge interdisciplinaire et précoce de ces travailleurs atteints de (TMS) et à risque d'incapacité prolongée. Il se distingue notamment par une participation active de tous les acteurs : l'accidenté du travail, son employeur, les conseillers en réadaptation de la CSST et les professionnels de la santé, dans le but de faciliter la réadaptation et le retour au travail.

Résultats
Comparativement à des travailleurs pris en charge de façon traditionnelle, les participants à Prévicap :

  • retournent dans leur emploi presque trois fois plus rapidement et en plus grand nombre (55 % vs 29 % après deux ans);
  • cessent d'être indemnisés 1,7 fois plus rapidement;
  • sont plus satisfaits des services reçus;
  • sont moins affectés par des comportements anxieux et d'évitement vis-à-vis l'activité physique et le travail.

Quant au rendement du programme, « si l'on tient compte des coûts d'assurance et qu'on attribue une valeur monétaire aux coûts indirects assumés par l'entreprise et aux coûts sociaux, Prévicap demeure un programme dont la rentabilité est au moins équivalente, sinon supérieure, à celle d'une approche conventionnelle », explique l'auteure principale de l'étude, Michèle Rivard, de la Faculté de médecine de l'Université de Montréal.

Le rapport de l'IRSST peut être consulté à http://www.irsst.qc.ca/

- 30 –

Source
Jacques Millette
Responsable des affaires publiques
IRSST

 
© IRSST 2010 - Contact - Conditions d'utilisation